Gomis, le Cavani du pauvre ?

le
0
Gomis, le Cavani du pauvre ?
Gomis, le Cavani du pauvre ?

Il rate des occasions, il bouffe la feuille, il est maladroit... mais il marque, il fait gagner son équipe et fait preuve d'une détermination sans faille. Sans compter que contrairement au Parisien, Bafétimbi Gomis joue aussi le rôle de patron du vestiaire. Et si on stoppait les moqueries ?

Et la panthère finit par rugir, après 53 longues minutes. Un cri franc, des coups de griffes sincères et une joie qu'elle tient à partager. Avec ses partenaires, avec les supporters. Avec ses détracteurs, aussi. Il s'en fout, Bafé. Les mauvaises langues diront qu'il lui aura fallu un penalty pour la mettre au fond. C'est vrai. Mais dans ce cas-là, les plus honnêtes ajouteront que ce coup de pied de réparation, c'est aussi Bafétimbi Gomis qui l'a provoqué. Qui est allé le chercher à la sueur de son front. Une juste récompense pour tous ses efforts fournis pendant 90 minutes.


Comme son confrère Edinson Cavani, Gomis est sans cesse raillé pour son côté maladroit, son déficit technique et ses hors-cadres inimaginables. Face au FC Nantes, l'attaquant a encore beaucoup loupé. À la dixième minute par exemple, et cette reprise en première intention déviée par Rémy Riou qui aurait pu être mieux placée. Ou cet immanquable à la 37e, que l'avant-centre balance à côté alors que le portier est déjà dans les choux. Ou cette tête juste après la pause, que l'ancien de Swansea envoie en tribune alors qu'il est totalement seul au point de penalty. Ou encore cette tentative dans le vent, un peu plus tard.

Qui ne tente rien n'a rien


" Il y a un petit peu de regrets dans cette occasion manquée en première mi-temps, a-t-il commenté face à la presse après la rencontre. J'ai voulu être agressif, mais j'ai été un peu trop gourmand en voulant la mettre hors de portée du gardien." Bah oui, mais comme dit Cavani dans le numéro 139 de So Foot, "celui qui ne tire pas ne rate pas ! C'est comme ça dans la vie : on voit toujours le négatif, jamais le positif ". Car comme le Parisien, Bafé tente, Bafé attaque, Bafé dérange l'adversaire. Comme le Parisien, Bafé, toujours bien placé, toujours disponible, se procure de nombreuses occasions, avec l'aide de ses coéquipiers... ou sans. Comme l'Uruguayen, Bafé ne lâche jamais rien, s'obstine, court sans cesse, montre l'exemple en réclamant le ballon, en redescendant défendre à chaque fois que cela s'impose.

Contre les Canaris, on l'a…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant