Gomis, à la recherche du but perdu

le
0
Gomis, à la recherche du but perdu
Gomis, à la recherche du but perdu

Après son passage raté à Swansea, Gomis est de retour en France. En rejoignant l'OM, il n'a d'autre choix que retrouver son sens du but.

Sept buts en 35 matchs la saison dernière. Dix en 36 parties en 2014-2015. Voilà les statistiques faméliques de Bafétimbi Gomis avec Swansea. Après une première année qu'on qualifiait d' "adaptation", l'attaquant était pourtant censé tout casser. Avec le départ de Wilfried Bony, il devait devenir le fer de lance de son équipe. Celui qui ferait gagner les siens en jouant des coudes, en épuisant ses adversaires et, bien sûr, en se montrant décisif. Mais rien n'a marché comme il l'a voulu. Est-ce qu'il n'a jamais réussi à piger le foot anglais ? Est-ce que Swansea ne lui était pas destiné ? Impossible de savoir, tant l'homme aux dreads sait se faire discret sur ces questions. Toujours est-il qu'après cinq pions inscrits en Premier League avant janvier 2016, la Panthère n'a plus mordu qu'une seule fois dans le reste du championnat. De quoi le rendre plus que malheureux.


Car ce manque de tremblements de filets, Bafé ne la quasiment jamais connu dans sa carrière. Gomis n'est pas l'avant-centre capable de flanquer 40 buts en une seule saison, mais c'est le genre de joueur qui plante de manière très régulière. Pour preuve, l'ancien Vert a au moins scoré dix fois en championnat entre 2006 et 2014. L'an dernier, avec Swansea, il a tourné à un ratio misérable pour sa réputation : un but toutes les…0 minutes. C'est très loin de ses standards. Même en 2010-2011, lors de sa plus mauvaise période avec Lyon, il faisait mieux (un but toutes les 249 minutes). Sinon, son ratio varie entre 150 et 190 minutes. Ce ne sont que des chiffres ? Pour un attaquant de son style, c'est au contraire une donnée ultra importante.

La Chine ou le Golfe ? Hors de question


Voilà pourquoi Gomis a décidé de dire bye-bye à l'Angleterre pour retrouver sa Ligue 1 chérie. Pas con, l'international a opté pour l'OM. Parce qu'il connait la France, parce qu'il ne sera pas embêté par la concurrence… et parce qu'il sait désormais que l'étranger n'est pas forcément fait pour lui. À 31 ans, le natif de La Seyne-sur-Mer n'a plus de temps à perdre. Il a déjà foutu en l'air deux saisons. C'est beaucoup, mais pas irrattrapable. À Marseille, Bafé…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant