Golf - Open de France : l'indispensable tapis vert

le
0
Le Golf national nous offre un panorama splendide à hauteur du 15e trou.
Le Golf national nous offre un panorama splendide à hauteur du 15e trou.

Saint-Quentin-en-Yvelines, mardi 30 juin, quatre heures du matin. La départementale 36 qui longe le parcours du Golf national est déserte, pas même un taxi... ou un véhicule Uber. On a beau être proche du solstice d'été, il fait encore sombre. La nuit, tous les arbres sont gris, et le feuillage touffu des peupliers qui bordent la route confère à l'itinéraire une ambiance de forêt hantée. Les oiseaux commencent à peine à chanter et la rosée du matin dégage une petite odeur d'herbe humide. Il fait un peu en dessous de 15 °C. Le petit pull est provisoirement le bienvenu en attendant que le soleil et la canicule reprennent leurs droits.

Est-ce l'occasion de se retrouver en symbiose avec la nature et d'entamer un dialogue avec les perdrix et les lapins ? Hors de question. Avant même l'aurore, le site du Golf national est déjà en effervescence. La faute aux jardiniers qui s'affairent sur le green. Et il ne s'agit vraiment pas d'une petite équipe de tondeurs de gazon du dimanche. C'est une légion romaine dotée d'une organisation sans faille. Un hommage au taylorisme avec une répartition des tâches cloisonnée, où chaque employé a une fonction bien définie : mécaniciens, tondeurs, arroseurs, découpeurs et mêmes aiguiseurs de lames. C'est une parade de métiers qui défile.

Impressionnant hangar

Ils sont près de 60 pour nettoyer et préparer le parcours de plus de 130 hectares dans un laps de temps déterminé. "Il y a deux...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant