Goldman Sachs prévoit une récession au Royaume-Uni d'ici 2017

le
1
POUR GOLDMAN SACHS, LE ROYAUME-UNI POURRAIT ENTRER EN RÉCESSION
POUR GOLDMAN SACHS, LE ROYAUME-UNI POURRAIT ENTRER EN RÉCESSION

NEW YORK (Reuters) - La Grande-Bretagne est susceptible d'entrer en récession dans l'année après s'être prononcée jeudi pour une sortie de l'Union européenne, décision qui va aussi limiter la croissance mondiale, disent dimanche les principaux économistes de Goldman Sachs.

"Nous nous attendons maintenant à ce que l'économie (britannique) connaisse une récession modérée d'ici à début 2017", annoncent dans une note aux clients de la banque d'affaires les économistes Jan Hatzius et Sven Jari Stehn.

Ces derniers prévoient que la victoire du "Leave" jeudi va entamer le produit intérieur brut (PIB) britannique d'un pourcentage cumulé de 2,75% dans les 18 prochains mois.

Des retombées sur les économies européennes et américaine sont également attendues.

La progression du PIB de la zone euro pour les deux prochaines années est attendue en moyenne à 1,25% par la banque, contre 1,5% dans sa précédente prévision, antérieure au scrutin britannique.

Pour l'économie américaine, Goldman Sachs anticipe désormais une croissance au second semestre 2016 de 2%, un chiffre révisé à la baisse par rapport à sa prévision initiale de 2,25%.

Pour la banque, trois risques principaux découlent du vote. D'abord, la détérioration des termes de l'échange, ensuite le risque de réduction de l'investissement en raison de l'incertitude créée par le vote, et enfin le risque de voir les conditions financières se resserrer, en raison de la fluctuation des changes et de la faiblesse des actifs à risque, comme les actions ou les obligations spéculatives.

(Dan Burns; Julie Carriat pour le service français, édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a 5 mois

    Qui peut encore vouloir investir dans de telles conditions, que ce soit au RU, ou en France (mentalité d'assistés, grèves, immobilisme de tout sauf des politiques fiscales..Nous sommes en situation de grave échec!