Goldman Sachs n'est plus à la vente sur les banques européennes

le
0

PARIS (Reuters) - Goldman Sachs a relevé vendredi après-midi sa recommandation sur les banques européennes, de "sous-pondérer" à "neutre", après l'annonce la veille par la Banque centrale européenne d'un allongement de la maturité de ses prêts aux banques et les interventions concertées des banques centrales la semaine dernière.

La banque était passée à "sous-pondérer" le 30 novembre, notamment en raison de la détérioration de la conjoncture et de la nécessité de renflouer leur bilan.

"Alors que tous ces sujets de préoccupation demeurent, les nouvelles mesures de refinancement adoptées par la BCE et d'autres banques centrales devraient sensiblement aider les banques à compenser la pression du ralentissement économique, selon nous", écrit Goldman Sachs dans une note de recherche.

Fin novembre, les banques centrales des grandes puissances économiques, notamment la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne, ont annoncé des mesures concertées pour prévenir un éventuel manque de liquidité dans le système financier international.

Le président de la BCE Mario Draghi a annoncé jeudi, à l'issue de sa réunion de politique monétaire, qu'elle allait proposer aux banques de la zone euro des prêts pouvant aller jusqu'à trois ans, tout en élargissement l'éventail des actifs pouvant servir de garantie à ses prêts.

Selon nos analystes, (...) la portée et la structure de ces opérations de financement à trois ans répondent directement aux problèmes cruciaux de liquidité des banques, écrit Goldman.

Analystes et gérants saluent cette décision de la BCE, estimant qu'elle est un élément clé de soutien au secteur.

"(Ces) mesures sont vraiment, vraiment, positives pour le secteur : les banques européennes ont 500 à 700 milliards d'euros d'emprunts obligataires qui arrivent à échéance en 2012", note Christophe Nijdam, analyste chez AlphaValue.

"Grâce à cet allongement de la maturité des prêts de la BCE, on sort de l'impasse", ajoute-t-il.

"Le refinancement à trois ans par la Banque centrale européenne est une très bonne nouvelle pour les banques car il réduit le risque d'un accident dans le secteur", ajoute Romain Burnand, co-dirigeant de Moneta Asset Management. "Cela l'emporte sur les déceptions de certains investisseurs concernant l'avancée des négociations au sommet européen."

Les valeurs bancaires ont accentué leurs gains vendredi après-midi, avec l'ensemble des marchés d'actions en Europe, portés en outre par le nouveau pacte européen, engagé dans le but de juguler la crise de la dette de la zone euro.

Les dirigeant européens ont lancé une vaste refondation qui, après signature d'un nouveau traité auquel seule la Grande-Bretagne n'a pas voulu s'associer, doit les conduire rapidement vers une plus grande intégration économique et budgétaire.

En fin de séance, l'indice sectoriel en Europe prend 2,34% alors que l'EuroStoxx 50 gagne 2,1%.

BNP Paribas gagne 4,5%, Crédit agricole 3,71%, Unicredit 5,9%, Intesa Sanpaolo, Deutsche Bank 4,5% et Commerzbank 3,1%.

Juliette Rouillon

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant