Goldman Sachs-Le T4 plombé par le règlement d'un litige

le
0
    par Richa Naidu et Sudarshan Varadhan 
    20 janvier (Reuters) - Goldman Sachs  GS.N  a publié 
mercredi un bénéfice en baisse pour le troisième trimestre 
consécutif, le règlement amiable pour cinq milliards de dollars 
(4,6 milliards d'euros) d'un litige remontant au début des 
années 2000 ayant plombé les comptes des trois derniers mois de 
l'année.  
    Comme la plupart de ses concurrents, le groupe a souffert en 
2015 de la chute des cours du pétrole, des inquiétudes liées à 
la Chine et des incertitudes sur la remontée des taux aux 
Etats-Unis, qui ont pesé sur le marché du crédit. 
    Et 2016 ne s'annonce pour l'instant guère meilleure, les 
cours du brut étant tombés à leur plus bas niveau depuis 13 ans 
et les marchés actions mondiaux reculant fortement.  
    Dernière grande banque américaine à publier ses comptes, 
Goldman Sachs a réalisé au quatrième trimestre un bénéfice net 
en recul de 71,8% de 574 millions de dollars, soit 1,27 dollar 
par action, contre 2,03 milliards (4,38 dollars/action) un an 
auparavant.  
    Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un bénéfice 
par action de 3,53 dollars selon Thomson Reuters I/B/E/S. Il 
n'était pas possible dans l'immédiat de déterminer si ce 
consensus pouvait être comparé au résultat publié. 
    Goldman Sachs avait annoncé la semaine dernière un règlement 
amiable de cinq milliards de dollars pour mettre fin à une 
enquête sur ses pratiques en matière de prêts immobiliers 
titrisés (RMBS) avant la crise financière. Ce dossier a amputé 
le bénéfice par action trimestriel de 3,41 dollars, a-t-il 
précisé mercredi.   
    Hors litiges et coûts liés aux contraintes réglementaires, 
les coûts du groupe hors rémunérations ont été réduits d'environ 
7,2% selon les calculs de Reuters.  
    La banque, dont l'action cédait environ 1,5% dans les 
transactions en avant-Bourse mercredi, a précisé que ses 
dépenses d'exploitation totales avaient augmenté de 38% à 6,2 
milliards de dollars.  
     
    LES REVENUS FICC AU PLUS BAS DEPUIS 2008 
    Les coûts hors rémunérations totaux ont bondi de 64% à 4,14 
milliards, une augmentation due principalement à la charge de 
1,95 milliard passée pour couvrir les coûts des litiges et de la 
réglementation. 
    Le produit net bancaire, lui, a diminué de 5,4% à 7,27 
milliards de dollars, dépassant le consensus qui le donnait à 
7,07 milliards. 
    Les revenus du trading d'obligations, de devises et de 
matières premières (FICC), à 1,12 milliard de dollars, sont 
tombés au plus bas depuis le quatrième trimestre 2008, en plein 
coeur de la crise financière.  
    Les activités FICC représentent 15% des revenus totaux du 
groupe, contre environ 40% au plus haut.  
    Celles de banque d'investissement ont augmenté leurs revenus 
de 7,4% sur octobre-décembre, à 1,55 milliard. Cette hausse est 
liée notamment au dynamisme de l'activité de conseil en 
fusions-acquisitions, un marché sur lequel Goldman Sachs s'est 
classée au premier rang mondial en 2015 selon les données 
Thomson Reuters. 
    Le rendement des fonds propres ressort à 7,4% sur l'ensemble 
de l'exercice 2015, très loin donc du taux d'environ 30% atteint 
avant la crise financière.  
    Les dépenses de rémunération rapportées au produit net 
bancaire ont augmenté à 28,3% au quatrième trimestre, contre 
25,4% un an plus tôt.  
    En Bourse, au cours de clôture de mardi (156,82 dollars), 
l'action Goldman Sachs affichait une baisse de près de 13% 
depuis le 1er janvier. Elle a cédé 7% en 2015, la deuxième plus 
mauvaise performance des grandes banques américaines derrière 
Morgan Stanley  MS.N  (-18%).    
 
 (avec Olivia Oran à New York; Marc Angrand pour le service 
français, édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant