Goldman Sachs: bénéfice du 1er trimestre supérieur au consensus

le
0

(Reuters) - Goldman Sachs a fait état mardi d'une hausse de 5,5%, supérieure aux attentes, de son bénéfice au premier trimestre, soutenue par la croissance des revenus de ses activités de conseil aux émetteurs et de banque d'investissement.

La première banque d'affaires américaine a réalisé sur les trois premiers mois de l'année un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires de 2,19 milliards de dollars (1,67 milliard d'euros), soit 4,29 dollars par action, contre 2,07 milliards (3,92 dollars/action) un an auparavant.

Les analystes financiers prévoyaient en moyenne un bénéfice par action hors exceptionnels de 3,88 dollars selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

Le PDG, Lloyd Blankfein, a qualifié ces résultats de "globalement solides" tout en soulignant que "le risque d'instabilité macroéconomique s'est fait ressentir au cours du trimestre et a pesé sur l'activité globale des entreprises et des investisseurs".

L'action Goldman Sachs gagnait 0,8% dans les transactions en avant-Bourse après la publication des résultats.

Le produit net bancaire total du groupe a augmenté de 1,4% sur un an à 10,09 milliards de dollars, malgré la baisse de 7%, à 3,22 milliards, des revenus tirés des activités de courtage de taux fixes, devises et matières premières pour le compte des clients.

L'activité de banque d'investissement a bondi de 36% à 1,57 milliard.

La division "Investing and Lending", qui gère les investissement en compte propre de la banque, a réalisé 2,07 milliards de dollars de revenus, soit 20,5% de l'activité globale. Les estimations des analystes pour cette division s'échelonnaient entre 1,0 et 2,2 milliards.

Les activités en compte propre de la banque ont aidé Goldman Sachs à dépasser les attentes de Wall Street à de nombreuses reprises ces dernières années mais elles sont aussi à l'origine de la perte nette subie au troisième trimestre 2011, la deuxième de l'histoire de l'entreprise.

Les dépenses d'exploitation sont restées pratiquement inchangées au premier trimestre, à 6,72 milliards de dollars.

Le rendement des fonds propres annualisé, un baromètre très surveillé de l'évolution de la rentabilité dans le secteur bancaire, s'est amélioré à 12,4% sur la période janvier-mars, contre 12,2% un an plus tôt. Il reste cependant très loin de ses niveaux d'avant la crise, lorsqu'il dépassait 30%.

La "VaR" (value at risk) quotidienne, qui mesure la perte potentielle maximale à laquelle est exposée le groupe sur une séance donnée, était de 76 millions de dollars au premier trimestre, contre 95 millions un an plus tôt.

Quant au ratio de fonds propres "Tier 1", il a reculé à 14,4% contre 14,7% au premier trimestre 2012.

Lauren Tara LaCapra à New York et Tanya Agrawal à Bangalore, Marc Angrand pour le service français, édité par Nicolas Delame

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant