Goldman Sachs a quasiment triplé son bénéfice trimestriel

le
4
BÉNÉFICE TRIMESTRIEL QUASIMENT TRIPLÉ POUR GOLDMAN SACHS
BÉNÉFICE TRIMESTRIEL QUASIMENT TRIPLÉ POUR GOLDMAN SACHS

par Lauren Tara LaCapra

(Reuters) - Goldman Sachs a annoncé mercredi un bénéfice quasiment triplé au quatrième trimestre, grâce à une amélioration des valorisations sur les marchés boursiers et obligataires, à une croissance des revenus dans les fusions et acquisitions et à une diminution des charges liées aux rémunérations.

Le bénéfice ressort à 2,8 milliards de dollars, soit 5,60 dollars par action, contre 978 millions (1,84 dollar) un an auparavant.

La plupart des analystes anticipaient des chiffres bien plus bas. Ces résultats ont séduit les investisseurs. A 16h00 GMT, le titre s'adjugeait 2,44% à 138,9 dollars.

Dans l'activité banque d'investissement, le produit net bancaire a progressé à 1,41 milliard de dollars, contre 857 millions un an plus tôt.

La cinquième banque américaine par les actifs précise qu'elle a réalisé un revenu "sensiblement plus élevé" à partir de ses produits de crédit et d'hypothèque dans son activité obligataire.

Le produit net bancaire global est en hausse de 53% à 9,2 milliards (consensus: 7,91 milliards) contre six milliards un an plus tôt.

La division placements et prêts, qui assure ses profits surtout grâce à la valorisation des propres investissements boursiers et obligataires de la banque, a fait état d'un revenu de près de deux milliards de dollars.

DÉPENSES DE RÉMUNERATION EN BAISSE

"Nous ne nous attendions pas à de tels revenus sur les marchés de capitaux", a commenté Joe Terril, président de Terril & Co. "Et il semble que la direction soit parvenue à conserver du personnel compétent sans gaspiller toutes ses recettes sous la forme de salaires."

Les dépenses liées aux rémunérations ont représenté 37,9% du produit net bancaire en 2012. Depuis 1999, année lors de laquelle Goldman Sachs est entrée en Bourse, il n'a été qu'une seule fois inférieur à ce niveau.

Sur le seul quatrième trimestre, les dépenses de rémunération ont diminué de 11% et ont représenté 21% du PNB, soit la moitié à peu près de ce que la firme versait habituellement à son personnel.

Goldman Sachs a par ailleurs continué de réduire ses effectifs au quatrième trimestre, supprimant 200 postes. Sur l'ensemble de l'exercice, 3% des emplois ont été détruits.

Les économies réalisées par Goldman Sachs sur sa masse salariale ont permis à la banque d'enregistrer un retour sur investissement de l'ordre de 16,5% au quatrième trimestre, sur une base annuelle, un niveau sans précédent en presque trois ans.

Wilfrid Exbrayat et Nicolas Delame pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8603279 le jeudi 17 jan 2013 à 07:41

    goldman remercie toute les banques centrales,les grecs, monti,bernanke,tous les pauvres,tous ses anciens directeurs,enfin tous ceux qui contribuent a l'enrichir,particulierement en cette periode de crise.

  • laquitta le mercredi 16 jan 2013 à 17:28

    taule et non tole; désolé

  • laquitta le mercredi 16 jan 2013 à 17:27

    Tous leurs dirigeants devraient être en tôle, mais apparement ils sont intouchables.

  • rotul le mercredi 16 jan 2013 à 17:19

    ils nous ont tellement pillé avec leurs manips mondiales