Golden League : Une victoire " dans la souffrance " pour Claude Onesta

le
0
Golden League : Une victoire " dans la souffrance " pour Claude Onesta
Golden League : Une victoire " dans la souffrance " pour Claude Onesta

« Si je dis « dans la souffrance », je ne suis pas loin de la vérité analysait Claude Onesta, interrogé sur le site des Experts. On n'avait pas imaginé une première mi-temps comme celle-là. J'avais espéré plus de maîtrise dans le début de match, on n'a pas su éviter ce type de scénario. On avait pourtant répété que la Norvège n'avait pas joué à son niveau sur les deux matchs précédents. Je pense aussi que les joueurs sont fatigués, on en a vu à la peine ce soir. Je pense en particulier à Cédric Sorhaindo et Valentin Porte qui même s'il a été courageux, a manqué d'un peu de lucidité. On a tellement de choses à régler qu'on a tenté d'aller à la limite physique et la journée de repos de demain tombe bien. Mais je suis satisfait de l'état d'esprit affiché, de toute cette énergie qu'on a pu aller chercher pour revenir à la mi-temps. Et puis en deuxième période, sans génie et sans brio, on a su préserver l'essentiel. Quand on est outsider - comme je le répète depuis le début aux joueurs - on se doit d'être particulièrement investis, engagés et agressifs. Et nos débuts de matchs ne sont pas à la hauteur de ce statut. Il faut qu'on change notre approche dans le premier quart d'heure, car on n'arrivera pas à récupérer les matchs contre toutes les équipes. » « On a vu du bon et du moins bon pendant cette Golden League reconnaissait William Accambray, l'arrière de l'équipe de France. Si on ne met pas tout ce qu'il faut, ça devient compliqué, que ce soit contre le Qatar ou des nations comme le Danemark et la Norvège. Il faut absolument éviter de se mettre en difficulté tout seuls. Arrière droit, c'est un poste que je connais et sur lequel j'ai déjà joué. C'est vrai que je suis plus à l'aise à gauche, mais c'était prévu que je soulage un peu Valentin Porte, en attendant un retour éventuel de Jérôme Fernandez. J'ai envie de vous dire qu'on est prêt pour l'Euro, mais je n'ai pas la réponse. On verra ça au premier match. Il nous reste une rencontre et quelques entraînements pour finir notre préparation. » « C'est pas génial pour l'instant, mais on essaie de travailler au mieux avec Vincent Gérard en l'absence de Thierry Omeyer lâchait Cyril Dumoulin, gardien de l'équipe de France. C'est un gros challenge, mais on doit atteindre un niveau satisfaisant dès l'entame de l'Euro. Il faut qu'on saisisse notre chance. On a un premier tour qui est déjà très difficile, notamment le premier match contre la Russie qui est primordial. L'important c'est de donner tout ce qu'on a pour l'équipe de France car c'est une chance incroyable qui nous est donnée de porter ce maillot. » « On progresse, on essaie de mettre des choses en place soulignait Michaël Guigou, ailier gauche de l'équipe de France. Sur les trois matchs, on a eu des phases compliquées, puis de meilleures. On sait qu'il y a des tas de choses à travailler avant de partir. On sait que c'est comme ça que se joue un championnat d'Europe, avec les tripes, peut-être avec un peu moins de moyens qu'il y a quelques années en ce qui nous concerne. Ça risque de se jouer à peu de choses sur chaque match. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant