Gold Fields se sépare de deux mines en Afrique du Sud

le
0

Commodesk - Le minier Gold Fields a annoncé jeudi 29 novembre la création d'une nouvelle entreprise, Sibanye Gold. Elles possèdera les mines sud-africaines KDC et Beatrix, qui appartiennent aujourd'hui à Gold Fields, ainsi que plusieurs compagnies sous-traitantes. La nouvelle compagnie sera cotée à Johannesburg et à New York à partir de février 2013. La transaction n'a pas besoin de l'aval des actionnaires mais a déjà été acceptée par la Banque centrale d'Afrique du Sud.

De son côté, Gold Fields continuera à opérer en Afrique du Sud, notamment avec le projet South Deep Gold Mine. L'entreprise minière a entamé un réajustement de ses actifs dans le pays et estime que Sibanye, une entreprise plus petite et plus spécialisée, offrira une meilleure rentabilité. D'après son nouveau dirigeant, Sibanye Gold génèrera un flux de trésorerie de deux milliards de rands (175 millions d'euros) par an.

La décision a pu également être motivée par les difficultés du secteur minier aurifère en Afrique du Sud. Le PDG de Gold Fields a déclaré dans la presse sud-africaine que ce secteur devait se réformer sous peine de disparaître, évoquant la hausse des coûts et la baisse de la production. Le volume d'extraction d'or diminue en effet régulièrement depuis une quinzaine d'années.

D'autres compagnies étudient la possibilité de revoir leur stratégie en Afrique du Sud, notamment Gold One, qui a également revendu certains actifs.

Officiellement, la décision de se séparer de KCD et de Beatrix a été prise avant le mouvement de grève dans les mines sud-africaines, entre août et octobre dernier. Les deux sites ont été fortement touchés par ces mouvements sociaux et Gold Fields a abaissé ses objectifs annuels de production de 200.000 onces. KDC a produit 1.660 onces d'or par jour en 2011, celle de Beatrix environ 900.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant