Gold Cup : le Panama accuse la Concacaf

le
0

Grossièrement favorisé par l'arbitrage, le Mexique est en finale de la Gold Cup. Victime de décisions iniques en demi-finale, le Panama crie à la corruption. Dans son viseur : la Concacaf, la confédération par laquelle a éclaté le scandale FIFA.

"Maudite corruption", "putain d'arbitre !", "immonde braquage", voilà comment la presse du Panama a réagi à l'élimination de sa sélection en demi-finale de la Gold Cup, face au Mexique. Sans demi-mesure. La raison de ce courroux ? Un arbitrage qui a aidé dans les grandes largeurs El Tri, alors que le Panama se trouvait tout près de créer la sensation et d'offrir une finale 100% inédite face à la Jamaïque. Mais la Concacaf en a décidé autrement, c'est tout du moins ce qu'ont estimé les joueurs du pays du canal. Dans la foulée d'une fin de match houleuse, ils ont brandi une banderole dans les vestiaires, sur laquelle était écrit "Concacaf : voleurs, corrompus". Pour le moins explicite.


Le Panama enrage d'autant plus qu'il était qualifié jusque la 88e minute. Le moment où l'arbitre décida de désigner le point de pénalty pour une main totalement involontaire de Roman Torres, l'homme qui avait alors inscrit le seul but du match, en trompant Memo Ochoa, à la 55e minute. L'Américain, Mark Geiger, l'acteur principal de cette demi-finale, n'a pas pardonné au défenseur panaméen sa chute accidentelle au sein de la surface. Malgré l'ambiance insurrectionnelle sur la pelouse, Andrés Guardado n'a pas tremblé au moment de frapper son tir au but qui envoyait le Mexique en prolongation. A la 105e minute, Geiger porta à nouveau le sifflet à sa bouche pour offrir un autre pénalty litigieux à Carlos Vela et consorts. Les Panaméens menaçaient alors de quitter la pelouse, avant que Guardado refuse à nouveau de faire dans la sensiblerie, en inscrivant le but d'une qualification mexicaine au grand parfum de scandale. Habitué des célébrations explosives, même après un but inscrit face à Trinité et Tobago, le sélectionneur du Mexique, Miguel Herrera, n'a alors pas bougé. En zone mixte, le défenseur panaméen, Adolfo Machado, donna son verdict : "Si on enquête sur des joueurs pour des matches truqués, il faut aussi enquêter sur la Concacaf, ce sont des corrompus".

</br></br>


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant