GM&S : la CGT prépare une manif nationale devant l'usine «piégée» dans la Creuse

le
1
GM&S : la CGT prépare une manif nationale devant l'usine «piégée» dans la Creuse
GM&S : la CGT prépare une manif nationale devant l'usine «piégée» dans la Creuse

La CGT va lancer un appel national en vue d'un rassemblement prévu mardi à 15 heures devant l'usine GM&S Industry à La Souterraine (Creuse). Cet équipementier automobile est menacé de liquidation judiciaire. «On est en train de mettre en place avec la CGT nationale un appel, soutenu par l'intersyndicale (CGT-FO) du site», indique vendredi le délégué CGT du site, Vincent Labrousse, qui précise que le rassemblement se déplacera ensuite «devant la mairie».

 

Pour attirer l'attention sur leur situation et dénoncer l'attitude des constructeurs automobiles français, Renault et PSA, qu'ils accusent de bloquer les négociations de reprise du site, des salariés ont détruit jeudi une presse, découpée en deux au chalumeau, et écrasé une autre machine-outil.

 

Pour se faire entendre les salariés de #GM&S à la #Souterraine prévoient de détruire une machine par jour #limousin pic.twitter.com/IPj7LLrO5t

-- France 3 Limousin (@F3Limousin) 11 mai 2017

 

Les personnels de GM&S ont reçu le soutien, vendredi, de leurs collègues du syndicat SUD Renault qui se déclare «totalement solidaire avec l'action des salariés» du sous-traitant creusois. «Leur coup de colère est justifié par la disparition soudaine du repreneur GMD (premier sous-traitant français de l'emboutissage de la filière automobile) (...) ce fournisseur qui travaille depuis longtemps pour Renault a bizarrement disparu, passé le second tour de l'élection présidentielle», selon SUD Renault.

 

Sur le site de La Souterraine, la CGT ne prévoit pas de nouvelles destructions de l'outil de travail jusqu'à nouvel ordre, selon Vincent Labrousse. «Notre objectif n'est pas de détruire pour détruire. C'était un geste symbolique : ce que l'on a fait aux machines, c'est ce qui risque d'arriver à nos vies et à nos familles», justifie le syndicaliste. L'usine reste cependant «piégée» à l'aide de bonbonnes de gaz et de bidons d'essence, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • schalle6 il y a 7 mois

    la censure veille =le fait de condamner de tel acte de voyous, mon post n'est pas recevable! PITOYABLE ce système en place !