GM&S : "Huit seulement ont retrouvé un boulot", selon le député LREM Jean-Baptiste Moreau

le
4

Trois mois après la reprise de l'équipementier creusois GM&S par le groupe GMD, l'élu de la Creuse s'inquiète du sort des 157 salariés dont le poste n'a pas été maintenu. "Personne ne sera laissé sur le bord du chemin", promet-il néanmoins.

Jean-Baptise Moreau le 4 juillet 2017 à l'Assemblée nationale. ( AFP / MARTIN BUREAU )
Jean-Baptise Moreau le 4 juillet 2017 à l'Assemblée nationale. ( AFP / MARTIN BUREAU )

La Souterraine Industrie (LSI), nouveau nom de l'ex-équipementier automobile creusois GM&S repris partiellement en septembre par le groupe GMD, tourne "au ralenti" ont alerté cette semaine les syndicats.

"Elle tourne à moitié de sa capacité", a confirmé vendredi 8 décembre sur RTL le député La République En Marche (LREM) de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau, qui s'est rendu sur place mardi. En cause : "un souci au niveau de l'arrivée des matières premières". Mais l'élu, qui s'est entretenu avec le repreneur du site, est confiant. Selon lui, l'entreprise fonctionnera "à 100% dans les deux à trois mois à venir". Mardi, le repreneur avait parlé d'un mois.

"IL FAUT RECRÉER DE L'EMPLOI" DANS LA CREUSE

Une nouvelle rassurante pour les 120 salariés dont le postes a été maintenu. Mais qu'en est-il des 157 autres qui n'ont pas eu cette chance ? "Huit seulement ont retrouvé un boulot", a déploré Jean-Baptise Moreau. Une situation qui tient selon lui essentiellement à la région. "En Creuse, la mobilité dans le travail, elle est compliquée. Il y a peu d'offres de travail", a-t-il précisé, expliquant qu'il fallait "se mettre en conditions de recréer de l'emploi dans ce département et dans ces territoires ruraux."

"Il est clair qu'on va avoir du mal à retrouver du boulot pour les 157 salariés à la porte de La Souterraine mais dans un rayon de 50 kilomètres, on a quand même les villes de Châteauroux et de Limoges. Il y a quand même des bassins d'emplois, il y a des possibilités", a néanmoins tenu à rassurer le député. "Une réunion aura lieu samedi 9 décembre avec Pôle Emploi", a-t-il ajouté, au cours de laquelle des formations devraient être proposées aux anciens salariés.

Il a par ailleurs affirmé qu'il veillerait à ce que l'engagement pris cet été par le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, à savoir que "personne ne serait laissé sur le bord du chemin", soit "tenu jusqu'au bout".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ddt15 il y a 7 jours

    impots charges taxes formalites et autres harcelements de l etat ont bien aide a la reussite de cette entreprise comme de toutes les autres, comme etre concurentielle face aux autres pays?

  • rodan3 il y a 7 jours

    en effet, même si la lutte originelle était légitime, les déviances et nuisances orchestrées par la CGT ont marqué au fer rouge les candidats et il n'y aura pas beaucoup d'employeurs qui laisseront entrer le "loup dans la bergerie", c'est triste à dire mais c'est l'évidence ! ---- Quand à la fainéantise évoquée, il ne faut pas exagérer et généraliser, il y'a surement une grande partie des laissés pour compte qui sont compétents et travailleurs mais hélas avec une pancarte rouge comme les autres.

  • Pienegro il y a 7 jours

    @Lorant 21, je n'aurais pas dit mieux!Des cancres et un nid de feneants, c'est l'image qu'ils ont transmis au monde des affaires, le vrai monde, celui où ceux qui bossent peuvent eux prétendre à la réussite!

  • lorant21 il y a 7 jours

    vu la réputation qu'ils traînent désormais grâce à la CGT, c'est presque énorme..