Global Bioenergies: des ambitions clairement affichées.

le
0

(CercleFinance.com) - Après s'être attaché à prouver le bien-fondé de son procédé, Global Bioenergies veut désormais ouvrir un nouveau chapitre de son histoire et décoller commercialement.

La 'cleantech' française - qui convertit des carbohydrates végétaux (sucre, céréales, déchets agricoles) en hydrocarbures - a affiché la semaine dernière sa pugnacité à l'occasion d'une conférence de presse organisée à Paris.

'Nous comptons engranger une belle moisson de contrats industriels en 2017 sur la base des résultats obtenus sur notre démonstrateur de Leuna', a assuré son co-fondateur et directeur général Marc Delcourt.

L'actualité de l'entreprise a été riche ces dernières semaines. La société a notamment annoncé la mise en place d'un financement obligataire de 11,2 millions d'euros et dévoilé un partenariat en vue de produire un carburant à partir de ressources forestières en Suède.

'Nous sommes en train d'achever notre transformation: il y a trois ans, nous étions perçus comme une activité de R&D porteuse d'une innovation de rupture. Aujourd'hui, nous sommes considérés comme un acteur capable de réaliser des développements industriels', a souligné le patron de Global Bioenergies.

Son unité de démonstration de Leuna (Allemagne) devrait démarrer dès cet automne et son projet d'usine commerciale d'isobutène biosourcé 'IBN-One', basé en Champagne Ardennes, avance lui aussi à grands pas.

Les travaux d'ingénierie de l'usine ont d'ailleurs été confiés au géant parapétrolier français Technip, en vue d'un début de la phase de construction courant 2018.

'Notre modèle économique est basé sur la concession de licences technologiques et nous n'avons pas vocation à porter des projets d'usines en propre', a toutefois rappelé Marc Delcourt, expliquant que Global Bioenergies était appelé à devenir minoritaire au sein du projet.

D'un point de vue commercial, l'entreprise - qui collabore déjà avec des poids lourds comme Audi, Arkema ou L'Oréal - cible comme clients potentiels des sucriers européens, des amidonniers américains, mais aussi des papetiers et des chimistes.

Au-delà du secteur de la chimie et de l'essence, Global Bioenergies affiche aussi des ambitions sur le secteur aérien.

'Nous avons une très belle carte à jouer sur le marché du biokérosène', a estimé Marc Delcourt.

Le sort de Global Bioenergies apparaît particulièrement lié à celui du secteur pétrolier: le cours de son action a perdu beaucoup de terrain depuis que le marché pétrolier se trouve en situation de surplus.

'Toutes les sociétés du domaine des énergies alternatives ont souffert de l'écroulement des prix du pétrole au cours des deux dernières années', a rappelé Marc Delcourt.

Dans un contexte marqué par un baril bon marché, les investisseurs se sont en effet interrogés sur la nécessité d'une technologie alternative biosourcée aux hydrocarbures.

Malgré une technologie prometteuse, l'entreprise affirme ne pas avoir été approchée par un grand groupe industriel en vue d'une possible acquisition.

'La question du rachat de Global Bioenergies par un groupe industriel se posera un jour', a toutefois estimé Marc Delcourt. 'Mais tant que notre technologie n'est pas exploitée à grande échelle, je pense qu'il est trop tôt pour en parler', a conclu le directeur général.

L'action Global Bioenergies affichait un gain de 0,2% à près de 27 euros lundi en fin d'après-midi. Depuis le début de l'année, sa hausse dépasse les 6%.

Positifs sur la valeur, les quelques analystes qui suivent le titre affichent des objectifs de cours compris entre 44 et 50 euros.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant