Glissement de terrain aux Etats-Unis: 90 personnes toujours portées disparues

le
0
Glissement de terrain aux Etats-Unis: 90 personnes toujours portées disparues
Glissement de terrain aux Etats-Unis: 90 personnes toujours portées disparues

Quatre-vingt-dix personnes étaient toujours portées disparues mercredi en fin de journée aux Etats-Unis après le glissement de terrain qui a dévasté ce week-end le village d'Oso près de Seattle, alors qu'aucun nouveau corps n'a été extrait des décombres. Lors d'un point presse, John Pennington, chef des services de secours du comté de Snohomish (Etat de Washington, nord-ouest des Etats-Unis), a annoncé que le nombre de personnes portées disparues avait été ramené à 90, contre 176 auparavant.

Il a également précisé qu'aucun corps n'avait été extrait des décombres mercredi. A ce jour, 16 dépouilles ont été récupérées et huit autres ont été localisées, portant le bilan probable à 24 morts, un chiffre qui devrait être revu à la hausse ce jeudi, selon les secours. M. Pennington a également déclaré que 35 autres personnes, en plus des 90 identifiées, «pourraient manquer à l'appel». Le chiffre est à prendre avec précaution car il pourrait désigner des personnes mal identifiées ou des doublons.

VIDEO. Glissement de terrain aux Etats-Unis: 24 morts (le 26 mars)

Un bilan qui risque de s'alourdir au fil du temps

Samedi, un pan entier d'une colline surplombant Oso s'est détaché et s'est précipité dans une rivière voisine, entraînant une coulée de boue qui a tout détruit sur son passage. Quelque 200 personnes, venues des quatre coins de l'Etat et dépêchées par le gouvernement fédéral, ont continué mercredi à ratisser le bourbier à la recherche d'éventuels survivants, avec l'aide de chiens et le renfort de deux nouveaux hélicoptères.

Le gouverneur de l'Etat de Washington, Jay Inslee, interrogé sur la chaîne CNN, n'a cependant pas caché son pessimisme quant à un alourdissement du bilan dans les prochains jours. «Je pense que personne ne peut arriver à une autre conclusion», a-t-il déclaré. «La violence de ce glissement de terrain défie l'imagination. Le terrain de l'éboulement est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant