Glissement de terrain à Shenzhen en Chine, 85 disparus

le , mis à jour à 16:20
0
    * Après un glissement de terrain, 33 bâtiments ensevelis 
    * Les autorités pointent des débris de chantier accumulés 
    * La boue atteint 10 mètres de haut en certains endroits 
    * Trois mille sauveteurs sont sur le site 
 
 (Actualisé avec nouveau chiffre des disparus, précisions) 
    par Paul Carsten 
    SHENZHEN, Chine, 21 décembre (Reuters) - Quatre-vingt-cinq 
personnes étaient toujours portées disparues lundi au lendemain 
d'un glissement de terrain qui a dévasté une partie de la ville 
industrielle de Shenzhen, dans le sud de la Chine. 
    Une gigantesque coulée de boue et de déchets de chantiers de 
construction s'est détachée d'une décharge qui était à 
saturation. Le site aurait dû être fermé en février, mais selon 
des ouvriers, de la terre et des déchets ont continué à y être 
accumulés, rapporte un site d'informations géré par les 
autorités de Shenzhen. 
    La coulée de boue a écrasé une trentaine de bâtiments du 
parc industriel de Hengtaiyu, situé dans le Guangming New 
District, dans le nord-ouest de la ville. Un gazoduc a également 
explosé, a rapporté la télévision. 
    Le Premier ministre, Li Keqiang, a ordonné l'ouverture d'une 
enquête officielle sur la catastrophe qui survient moins de 
quatre mois après les deux explosions survenues dans le port 
industriel de Tianjin, dans le nord-est de la Chine, qui avaient 
fait plus de 160 morts. 
    "La boue s'accumulait depuis quelques années", a déclaré Han 
Bin, qui vit sur le site et a vu dimanche le mur de boue 
s'avancer vers les bâtiments. "Nous ne réalisions pas que cela 
pouvait se produire."  
    La fréquence des accidents industriels en Chine suscite des 
questions sur les normes de sécurité en vigueur après trois 
décennies de développement économique accéléré. 
    Dimanche soir, 14 personnes avaient été dégagées vivantes 
des gravats et 900 avaient été évacuées, selon l'agence de 
presse officielle Chine nouvelle.  
     
    DES CHIENS ET DES DRONES 
    Lundi, près de 3.000 sauveteurs aidés par des chiens et des 
drones continuaient de fouiller l'amas de boue pour retrouver 
des survivants. 
    Située près de Hong Kong, Shenzhen, dans la province du 
Guangdong, est un symbole des réformes économiques chinoises et 
du boom industriel des années 1980. Le petit village de pêcheurs 
endormi de la Chine communiste a été choisi il y a 30 ans par 
Pékin pour lancer les grandes réformes liée à l'ouverture 
économique et a connu depuis une croissance échevelée. 
    D'après le maire adjoint de la ville, Liu Qingsheng, la boue 
a recouvert une surface de plus de 380.000 mètres carrés.  
L'épaisseur de la couche atteint 10 mètres dans certain 
endroits. 
    Quatorze usines, 13 immeubles de faible hauteur et trois 
dortoirs figurent par les bâtiments qui ont été touchés.  
    Un témoin a comparé le glissement de terrain à d'"immenses 
vagues". 
    Il y a un peu plus d'un an, un article paru dans la presse 
d'Etat avait prévenu que Shenzhen, en pleine frénésie de 
construction, allait manquer d'espace pour stocker les déchets. 
    Outre de nouveaux bâtiments, un maillage de ligne de métros 
est en cours de construction à Shenzhen, ce qui fait que de gros 
volumes de terre sont sortis du sol et déposés sur des sites 
servant de décharge. 
    "Shenzhen a 12 sites pour les déchets et ils ne pourront 
tenir que jusqu'à l'an prochain", affirmait en octobre 2014 une 
publication du conseil municipal de Shenzhen.  
    En 2010, un autre glissement de terrain dans la province de 
Gansu (nord-ouest) à la suite de pluies torrentielles avait fait 
plus de 1.500 morts. 
 
 (Avec Ben Blanchard et Judy Hua à Pékin; Eric Faye, Nicolas 
Delame, Henri-Pierre André et Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant