Glencore ne relève pas ses objectifs malgré son désendettement

le
0
 (Actualisé avec précisions sur les résultats, réactions, cours 
de Bourse) 
    par Barbara Lewis et Dmitry Zhdannikov 
    LONDRES/MOSCOU, 24 août (Reuters) - Glencore  GLEN.L  s'est 
fixé mercredi un nouvel objectif de réduction de sa dette, plus 
ambitieux que le précédent, mais un pari raté sur le négoce du 
charbon l'a contraint à inscrire une charge de près de 400 
millions de dollars dans ses comptes du deuxième trimestre. 
    Comme certains de ses concurrents avant lui, le groupe 
minier a dit en outre s'attendre à de la volatilité sur les 
marchés des matières premières. 
    Avec Anglo American  AAL.L , Glencore a été l'un des 
principaux bénéficiaires du redressement des cours des matières 
premières cette année après avoir été l'un des plus durement 
touchés par leur effondrement auparavant. 
    L'ensemble de ces éléments fait que, après avoir plus que 
doublé depuis fin 2015, le cours de Bourse de Glencore chute de 
5,85% à 178,70 pence à 09h55 GMT mercredi à Londres, plus forte 
baisse des indices européens Stoxx 600  .STOXX  et FTSEurofirst 
300  .FTEU3 , entraînant l'ensemble du secteur des ressources de 
base  .SXPP  dans son sillage (-1,36%). 
    Les analystes se disent aussi déçus par l'absence de 
relèvement de l'objectif de bénéfice d'exploitation annuel 
(Ebit), compris entre 2,4 et 2,7 milliards de dollars (2,13 et 
2,39 milliards d'euros). 
    Le directeur général Ivan Glasenberg a déclaré que Glencore 
était "conscient que les marchés sous-jacents continuent d'être 
volatils". 
    Le groupe est néanmoins en avance sur sa trajectoire de 
désendettement, lequel vise à le préserver en cas de futurs 
chocs. 
    "Nous avons déjà largement atteint notre objectif de 4 à 5 
milliards de dollars de cessions d'actifs et des procédures de 
vente d'une gamme variée et étoffée d'actifs sont aussi 
engagées", a dit Ivan Glasenberg, cité dans un communiqué. 
    Glencore a ainsi annoncé mercredi la vente d'une 
participation de 30% et de l'ensemble de ses activités aurifères 
dans sa mine d'Ernest Henry en Australie à Evolution Mining 
 EVN.AX  pour 880 millions de dollars australiens (592,7 
millions d'euros). 
    Le groupe basé en Suisse compte désormais ramener sa dette 
dans une fourchette de 16,5 milliards à 17,5 milliards de 
dollars cette année. Il visait auparavant une dette comprise 
entre 17 milliards et 18 milliards de dollars à fin 2016 
    Glencore se distingue des autres grands groupes miniers par 
son portefeuille d'activités de négoce qui visent à le protéger 
en cas de chute des cours des matières premières. Ses paris ne 
sont toutefois pas tous couronnés de succès. 
    Il a ainsi perdu au deuxième trimestre 395 millions de 
dollars dans une opération de couverture sur le marché du 
charbon, dont le prix a grimpé de manière inattendue en raison 
d'une initiative de la Chine pour réduire ses surcapacités dans 
le secteur. 
    Glencore a subi une contraction de 13% de son bénéfice 
ajusté (Ebitda) à 4 milliards de dollars au premier semestre, 
légèrement supérieur au consensus de 3,9 milliards de dollars. 
    Hors dépréciations et amortissements, le bénéfice semestriel 
(Ebit) s'est élevé à 1,2 milliard de dollars, en hausse de 14%. 
 
 (Avec Mamidipudi Soumithri à Bnagalore et Sonali Paul à 
Melbourne; Bertrand Boucey pour le service français, édité par 
Wilfrid Exbrayat) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant