GlaxoSmithKline-Les résultats portés par les nouveaux produits

le
0
 (Actualisé avec précisions, actualisation du cours) 
    par Ben Hirschler 
    LONDRES, 3 février (Reuters) - Une demande croissante pour 
ses nouveaux médicaments a permis à GlaxoSmithKline  GSK.L  de 
dépasser légèrement les attentes des analystes financiers au 
quatrième trimestre en compensant la baisse des ventes de 
l'Advair, son traitement de l'asthme. 
    Les ventes de ses nouveaux traitements du sida, Tivicay et 
Triumeq, ont encore fait preuve d'une forte croissance et le 
premier groupe pharmaceutique britannique a également constaté 
une reprise encourageante de la demande de ses nouveaux 
traitements de l'asthme par inhalation, Breo and Anoro. 
    Tant Breo qu'Anoro avaient connu des débuts décevants sur le 
marché américain, GSK ayant peiné à obtenir que le remboursement 
de ces médicaments soit prévu dans les contrats d'assurance 
médicale, mais les prescriptions ont récemment augmenté. 
    Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 2% à 6,29 
milliards de livres (8,35 milliards d'euros) sur les trois 
derniers mois de 2015. 
    Sur la période, le bénéfice par action (BPA) courant ressort 
à 18,1 pence, en baisse de 34%. 
    Les analystes prévoyaient en moyenne un chiffre d'affaires 
de 6,25 milliards de livres et un BPA courant de 17,9 pence, 
selon Thomson Reuters.  
    GSK a confirmé son objectif 2016, initialement annoncé en 
mai, d'une croissance à deux chiffres de son BPA courant à taux 
de change constants, et a réaffirmé que son dividende, un gros 
atout du titre, qui assure un rendement d'environ 6%, serait 
maintenu à son niveau actuel jusqu'a l'année 2017 comprise. 
    L'action GSK gagnait 2,03% à 1.454 pence vers 13h35 GMT à la 
Bourse de Londres, après avoir initialement perdu jusqu'à 1,5% 
en réaction aux résultats.  
    Les performances de GSK, troisième laboratoire mondial en 
termes de ventes, ont été affectées par l'impact de la série 
d'échanges d'actifs effectués avec Novartis  NOVN.VX , qui a 
renforcé le poids des produits d'hygiène et d'automédication, 
des activités à plus faibles marges, dans le portefeuille 
d'activités du groupe britannique. 
    A long terme, le directeur général de GSK, Andrew Witt, 
pense que ce changement d'orientation produira des résultats 
plus récurrents et moins volatils, mais certains actionnaires du 
groupe appellent à une scission de la division santé grand 
public des médicaments sans ordonnance.  
    Andrew Witt n'a pas écarté cette éventualité même s'il 
souhaite d'abord augmenter les marges de la coentreprise 
d'hygiène et de santé avec Novartis, contrôlée par GSK. 
    Avec cette transformation du groupe, il est d'autant plus 
important que les activités purement pharmaceutiques continuent 
à dégager de belles performances. 
    GSK prévoit désormais que ses 11 nouveaux produits phare 
rapporteront un chiffre d'affaires de six milliards de livres 
d'ici 2018, soit deux ans plus tôt que prévu initialement. 
    Le secteur dans son ensemble a bénéficié d'une amélioration 
de la productivité de ses activités de recherche au cours des 
dernières années, le nombre d'autorisations accordées par 
l'agence américaine de contrôle sanitaire (Food and Drug 
Administration) ayant atteint un pic de 19 ans, et GSK a indiqué 
que son taux de retour sur investissement dans la recherche et 
le développement avait été maintenu à 13%. 
    Mais s'il est vrai qu'un plus grand nombre de médicaments 
arrive sur le marché, il est souvent difficile d'obtenir qu'ils 
soient rapidement adoptés par les client. Les groupes 
pharmaceutiques sont par ailleurs confrontés à une pression 
croissante pour abaisser le prix de leurs médicaments. 
 
 (Marc Angrand et Juliette Rouillon pour le service français, 
édité par Véronique Tison) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant