Gisement de pétrole du Sud libyen fermé, combats avec les Toubous

le
0

TRIPOLI, 21 septembre (Reuters) - Des affrontements ont opposé ces derniers jours des rebelles toubous aux forces de sécurité dans le sud de la Libye, près du plus important gisement pétrolier du pays, ont rapporté des habitants et des médecins. Les combats, qui ont fait jusqu'à 12 morts, ont éclaté mercredi à Oubari, près du gisement d'El Charara, qui a été fermé en raison des dégâts à une installation de stockage de la raffinerie de Zaouiya, dans le nord du pays, qu'il alimente. Les rebelles toubous ont attaqué un poste de police d'Oubari, non loin de la principale ville du Sud libyen, Sebha, et 27 personnes ont alors été blessés, ont rapporté des médecins. Ces combats ont éclaté après l'échec d'une opération menée par les rebelles toubous pour faire passer clandestinement d'Algérie en Libye certains membres de leur tribu. Avant d'être fermé, le gisement d'El Charara produisait 200.000 barils par jour (bpj), et la production de la Libye était au total de 870.000 bpj, a déclaré dimanche un responsable du ministère du Pétrole, Ibrahim al Aouami. Désormais, elle n'est plus que 700.000 bpj au niveau national, et la raffinerie de Zaouiya demeure fermée, a-t-il précisé. (Feras Bosalum, Ayman al Warfalli et Ahmed Elumami; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant