Gironde : une équipe de rugby amateur quitte le terrain après des insultes racistes

le
0
Gironde : une équipe de rugby amateur quitte le terrain après des insultes racistes
Gironde : une équipe de rugby amateur quitte le terrain après des insultes racistes

L'arbitre n'a rien entendu, mais l'équipe si. Les joueurs du Stade Bordelais ASPTT, qui évolue en séries régionales (Comité Côte d'Argent), ont quitté le terrain de Cazaux suite à des insultes racistes proférées à l'encontre d'un des leurs dimanche, rapporte Sud Ouest ce jeudi. Les insultes auraient été proférées par un adversaire du club de Cazaux, ainsi par une partie du public, et on visé un 2e ligne du Stade bordelais. Dans son malheur, ce joueur a au moins pu se consoler en recevant le soutien de ses coéquipiers, qui ont décidé de quitter le terrain peu avant la mi-temps de ce match de championnat de séries régionales (9e division) alors que Cazaux menait 12-0. 

 

 

Dans les commentaires, un internaute fait valoir que dans le rugby, ces faits sont moins fréquents qu'au football. Le co-président du club de Cazaux, Didier Dupuis (qui n'était pas au macth), explique pour sa part que «l'arbitre n'aurait rien vu et ni rien entendu. Nous venons d'écrire au président du Stade bordelais pour lui dire que si les faits sont établis, nous ne les cautionnons pas, et nous nous excusons parce que ce n'est pas tolérable. Mais il faut que les faits soient établis», a-t-il ajouté. 

 

«Les insultes du public, on y est habitués (...) mais venant des joueurs, jamais»

Un membre du staff du stade APSTT

 

«Le groupe a été très solidaire et la décision de quitter le terrain a été décidée collectivement autour de notre capitaine, explique un membre du staff au Républicain. Les insultes venant du public, chaque dimanche, on y est malheureusement habitué. Les coups, les bagarres, malheureusement aussi. Mais des insultes racistes venant de joueurs, jamais.»

 

Une main courante déposée, «une première»

 

Une main courante a été déposée au commissariat de police de Bordeaux pour dénoncer ces faits, «une première» selon André Coup, secrétaire général du Comité Côte d'Argent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant