Gironde : le maire UMP de Cézac instaure un couvre-feu pour les moins de 14 ans

le
0
Gironde : le maire UMP de Cézac instaure un couvre-feu pour les moins de 14 ans
Gironde : le maire UMP de Cézac instaure un couvre-feu pour les moins de 14 ans

Il dit s'être «inspiré des arrêtés pris par des communes de gauche de la banlieue parisienne». Selon le quotidien Sud-Ouest, le maire de Cézac, Dominique Pionat, vient d'instaurer un couvre feu pour les moins de 14 ans au delà de 23 heures dans sa commune de quelque 2 000 habitants. Ce dernier, qui rejette le terme de couvre-feu, préfère parler de «garde-fou».

Élu aux municipales de mars dernier, cet élu  UMP a pris un arrêté municipal interdisant la circulation des mineurs de moins de 14 ans au-delà de 23 heures s'ils ne sont pas accompagnés d'une personne majeure.

Pour Dominique Pionat, cette mesure entend «préserver les mineurs», assure-t-il dans les colonnes de Sud-Ouest. Le maire interdit également, via un deuxième arrêté, la consommation d'alcool sur la voie publique, en dehors des festivités.

Un écho à l'arrêté de Robert Ménard, maire FN de Béziers

Selon l'édile, certains adolescents se seraient régulièrement livrés à des soirées festives. «Tous les matins, on retrouvait des canettes de bière, des bouteilles de vodka ou de whisky sous les abris bus ou jetées sur le terrain de foot, déplore Dominique Pionat. (...) le laxisme ce n'est pas mon truc !». Depuis cet arrêté pris il y a trois semaines, le maire UMP assure que la situation dans la commune s'est améliorée.

La mesure instaurée à Cézac n'est pas sans rappeler les ambitions de Robert Ménard, maire FN de Béziers. Le 25 avril dernier, par arrêté municipal, ce dernier avait décrété un couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans non accompagnés.

Robert Ménard précisait alors que les jeunes ne pourraient donc plus se déplacer «sans être accompagnés d'une personne majeure, circuler de 23 heures à 6 heures dans un certain nombre de secteurs, délimités par l'arrêté» qui s'appliquera «du 15 juin au 15 septembre, durant les week-ends et les périodes de vacances scolaires».

En cas d'infraction, «ils seront ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant