Giro: Ryder Hesjedal, l'ambitieux flegmatique

le
0
HESJEDAL CULTIVE SON AMBITION EN VUE DU GIRO 2013
HESJEDAL CULTIVE SON AMBITION EN VUE DU GIRO 2013

par Julien Pretot

PARIS (Reuters) - Vainqueur inattendu l'année dernière, Ryder Hesjedal s'avance vers le Giro 2013 avec flegme et assurance, convaincu qu'il peut de nouveau briller sur une course imprévisible.

Hesjedal avait créé la surprise l'an dernier pour devenir le premier Canadien à remporter un grand Tour. Pourquoi ne pas, alors, devenir le premier coureur à conserver son titre depuis Miguel Indurain en 1993 ?

Malgré la présence de Bradley Wiggins et de Vincenzo Nibali, les deux grands favoris de l'épreuve, Hesjedal ne part pas battu.

"Je ne crois pas que l'on puisse gagner cette course de trois semaines par hasard", a-t-il dit à Reuters par téléphone.

"Il n'y avait pas eu de cadeau dans cette course, c'était une bataille quotidienne.

"Il n'y a pas à valider une victoire en Grand Tour par une autre victoire."

A l'aise dans les classiques ardennaises, avec notamment une huitième place sur Liège-Bastogne-Liège après avoir roulé pour Dan Martin, Hesjedal est fin prêt.

"Je me sens vraiment bien, mieux que l'année dernière à la même période. Je suis prêt", assure le coureur de 32 ans.

Il n'hésite pas à dévoiler ses ambitions.

"A l'évidence je place la barre très haut. J'ai gagné l'année dernière donc je jugerai mon résultat en fonction de cela", dit-il.

Très solide au service de Bradley Wiggins sur le Tour de France 2009, Hesjedal a compris cette année-là qu'il était taillé pour les grandes courses à étapes.

"ILS RESTENT LES FAVORIS"

Une victoire en haute montagne dans la Vuelta 2009 et une sixième place sur le Tour 2010 -- après disqualification d'Alberto Contador -- ont fini de le convaincre.

Garmin-Sharp, à qui Hesjedal a donné son premier titre sur un grand Tour, a mis les petits plats dans les grands pour son leader, même si Andrew Talansky est préservé en vue du Tour de France.

"Cette équipe est très forte, c'est peut-être la plus forte que l'on n'ait jamais eue", jure le timide Canadien.

A ses côtés figureront les grognards américains Christian Vande Velde et Tom Danielson, quatre top 10 dans les grands Tours à eux deux.

Aucun sur le Giro toutefois mais le directeur sportif de Garmin-Sharp, Charly Wegelius, vient combler ce manque. Le Britannique, jeune retraité, a terminé le Tour d'Italie sept fois et connaît la course comme sa poche, même si elle reste imprévisible.

"Le Giro est un animal qui change de personnalité jour après jour. On peut élaborer un plan mais il faut toujours réinterpréter", a dit l'Anglais à Reuters.

Même si Wiggins (Sky) et Nibali (Astana) ont les faveurs des pronostics, pour Wegelius, "rien n'est gravé dans le marbre".

"L'attention et les attentes seront Sky et Astana", explique-t-il, même s'il sait bien que son leader sera un homme marqué.

"C'est le plus imprévisible des trois grands Tours, à cause de la météo et des routes, notamment", explique Wegelius.

"Ceci dit, Bradley Wiggins a de l'expérience sur cette course, qu'il a courue plusieurs fois. Je suis certain que chez Sky, ils se sont préparés minutieusement.

"Ils restent les favoris."

Derrière le trio Nibali-Wiggins-Hesjedal, l'Italien Michele Scarponi (Lampre) sera à l'affût, de même que le Croate Robert Kiserlovski (RadioShack-Leopard), l'Espagnol Samuel Sanchez (Euskaltel-Euskadi), le Néerlandais Robert Gesink (Blanco) et l'Australien Cadel Evans (BMC).

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant