Girard : « S'il le faut, nous devons jouer comme des salopards ! »

le
0
Girard : « S'il le faut, nous devons jouer comme des salopards ! »
Girard : « S'il le faut, nous devons jouer comme des salopards ! »

Dix-huitième de Ligue 1 après les quatre premières journées, Nantes vit un début de saison compliqué avant de se rendre à Nancy, l’équipe qui le suit au classement (20h00, 5eme journée de Ligue 1). Une situation qui s’explique par le manque d’agressivité et de personnalité des Canaris selon René Girard, présent en conférence de presse cette semaine.

René Girard, avec le recul, qu'est-ce qui n'a pas fonctionné face à Metz ? Il y a beaucoup de choses qui n'ont pas marché. On n’a pas trop mal débuté le match. Mais la première des choses, c'est qu'on a changé la défense centrale. Ce n'est pas évident quand on connait l'impact qu'a un garçon comme Diego Carlos. Ça m'inquiétait un peu avant le match car il fait partie de la colonne vertébrale. Il y a peut-être un but qui peut nous être accordé, et plein de petites choses qui auraient pu faire basculer le match. Mais ce ne sont pas des excuses. Il n'y a pas grand-chose à dire : 3-0, c’est net. Trouvez-vous votre équipe trop tendre ? Cela fait quelques matchs qu'on a une équipe qui manque de personnalité. Il faut se forcer pour la trouver. Si on n'est pas présent dans l'impact, on est largués. On en a discuté. Il faut passer un cap. On n'a pas de « gueule ». Mais ça ne s'improvise pas. Quand ça va bien, ce n'est pas grave. Mais quand on connaît des moments difficiles, il faut des « rabatteurs », des gens qui prennent les choses en main sur le terrain. Il y a des garçons qui ont de la personnalité, comme Vizcarrondo ou Diego Carlos, et d'autres. On découvre les gens quand on vit avec eux. Il y a de la bonne volonté, ça travaille dur. Mais parfois, il faut autre chose et sortir de sa carapace. Pour l'instant, on ne l'a pas. Ce qui amène à subir. Il faut arriver à se révolter. Désolé de le dire comme ça, mais s'il le faut, nous devons jouer comme des « salopards » ! Vous vous déplacez à Nancy, une autre équipe mal classée. Est-ce un match de la peur ? On est sur une série qui n'est pas bonne. On sait ce qui nous attend. On doit aller à Nancy avec une équipe de guerriers. Il faut qu'on prenne des points rapidement. On ne va pas entrer sur le terrain en claquant des dents et des genoux. On va jouer et je l'espère faire le maximum pour rapporter quelque chose.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant