"Girafada", un zoo au coeur du conflit israélo-palestinien

le
0
"Girafada" All Rights Reserved
"Girafada" All Rights Reserved

(AFP) - "Girafada", un film de Rani Massalha, raconte l'histoire, inspirée de faits réels, du dernier zoo de Palestine, à Qalqilya, qui survit en plein conflit israélo-palestinien grâce à un vétérinaire aidé de son fils, amoureux des bêtes.

Rani Massalha a puisé le scénario de son film, en salles mercredi, de la véritable histoire d'une girafe male morte au zoo de Qalqilya en 2003 au moment de la seconde intifada, lors d'un raid aérien, laissant sa femelle seule et désespérée.

Le vétérinaire cherche alors un autre male pour la survie de la femelle.

"Je me suis battu pour ramener une girafe à Qalqilya. Il me semblait que c'était une manière de rendre aux enfants palestiniens le seul espace où ils pouvaient encore prétendre à vivre des bonheurs de leur âge. Ma tentative a échoué. J'ai eu envie de raconter une histoire qui s'en inspirait", explique Rani Massalha, dans le dossier de presse.

Yacine (Saleh Bakri), vétérinaire du zoo, exerce son métier dans des conditions difficiles. Il refuse de soigner les animaux avec des médicaments périmés.

Son fils, Ziad (Ahmed Bayatra), 10 ans, a un lien particulier avec un couple de girafes qu'il cajole au lieu de jouer avec les enfants de son âge. Mais, lors d'un raid aérien sur la ville, pendant le couvre-feu, Brownie, le mâle girafe, est tué. Un véritable drame pour Ziad.

- Une girafe de Tel-Aviv -

Sans son compagnon, dans son enclos, la femelle, Rita, se laisse mourir à petit feu. L'enfant refuse d'accepter cette fatalité et se tourne cette fois vers son père. Yacine lui promet de trouver de toute urgence un nouveau compagnon à Rita. Mais le zoo qui pourrait l'aider se trouve à Tel-Aviv...

Conscient du danger, Yacine, aidée de Laura (Laure de Clermont), une journaliste française, va partir avec l'enfant voler Roméo, une des girafes gardées dans un parc israélien, avec la complicité de son ami vétérinaire Yohav Alon (Roschdy Zem) qui attendra leur départ pour donner l'alerte.

Ce film émouvant, tourné en arabe, plonge le spectateur dans la réalité du conflit israélo-palestinien à travers le regard et l'incompréhension d'un enfant qui inconsciemment fait prendre des risques à son père.

"La situation émotionnelle dans laquelle se trouvent ce petit garçon et son père me permettait de raconter d'une autre façon le traumatisme subi par tout un peuple", commente Rani Massalha qui a tourné pendant six semaines "dans un état de stress très fort car les tensions entre l'armée israélienne et le Hamas venaient de reprendre".

Après "Girafada", Rani Massalha, né d'un père palestinien et d'une mère égyptienne, prépare un nouveau film qui se déroule en Egypte. Il s'agit de l'histoire d'un militaire musulman qui reçoit l'ordre de mettre à mort tous les porcs du Caire, en réponse à la propagation de la grippe H1N1. Marié à une chiffonnière copte dont le père a un élevage de porcs, il devra faire des choix difficiles pour lui et sa famille.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant