Giovinco bazarde l'Italie pour Toronto .

le
0
Giovinco bazarde l'Italie pour Toronto .
Giovinco bazarde l'Italie pour Toronto .

La fourmi atomique s'engage finalement tout de suite avec le FC Toronto. À 28 ans, il quitte l'Europe pour devenir le footballeur italien le mieux payé de la planète. La MLS, elle, frappe un grand coup.

On peut être international italien et être transféré en MLS au beau milieu de sa carrière. Tout est possible aujourd'hui et plus grand-chose ne surprend. Enfin presque. Parce que Giovinco à Toronto, on ne s'y attendait pas. On parle d'un joueur constamment présent dans le groupe de la Squadra Azzurra depuis qu'Antonio Conte en a pris les rênes en juillet dernier. Il était son joker offensif et voyait les choses en grand pour lui avec un rôle inédit de milieu relayeur, comme contre l'Azerbaïdjan. La vérité, c'est qu'au XXIe siècle, on bazarde volontiers un possible avenir en Nazionale pour un contrat juteux dans un championnat mineur. Alessandro Diamanti l'avait également fait pour aller au Guangzhou Evergrande en février dernier, tirant ainsi un trait sur une probable convocation au Mondial 2014. Bon, il sera resté moins d'un an, puisque déjà de retour à la Fiorentina, ce qui ne risque pas d'être le cas de Giovinco qui a touché le gros lot.
Le peuple bianconero partagé
Son aventure turinoise se sera terminée comme elle avait commencé, sur un coup franc. Son premier but avec la Juventus, c'était à Lecce en décembre 2008 et sur coup franc. Le 20e et dernier, c'est en coupe contre le Hellas Vérone il y a quelques semaines et toujours sur coup franc. Transition parfaite pour nous rappeler cette étiquette de futur Del Piero qu'il s'est trimbalée pendant les premières années de sa carrière. Mais entre deux expériences réussies hors de Turin (Empoli en 2007-08 et Parme de 2010 à 2012), Giovinco n'aura jamais su être un réel protagoniste de la Vieille Dame. Parfois barré par une grosse concurrence, surtout bridé par son mental fragile. Pas les épaules tout simplement, et pourtant elles ont été longuement protégées par Antonio Conte qui n'avait de cesse de le défendre, quitte à se mettre le public à dos.

Le peuple bianconero justement, qu'en pense-t-il ? Et bien il est plutôt partagé. Il y a ceux qui voient partir avec regret un enfant de la Juve où Giovinco est arrivé à l'âge de 6 ans, une croissance physique presque nulle depuis et un total de 19 saisons, soit autant que Del Piero. Bien entendu, la plupart sont à trouver chez les jeunes, dont l'année 2005/06 avec la Primavera, où il remporte championnat, coupe et tournoi de Viareggio aux côtés de De Ceglie, Criscito et Marchisio. Et puis il y a ceux qui ne lui ont jamais pardonné ses performances en dents de scie,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant