" Gilles Sunu ressemble à un prisonnier avec son survêtement gris "

le
0
" Gilles Sunu ressemble à un prisonnier avec son survêtement gris "
" Gilles Sunu ressemble à un prisonnier avec son survêtement gris "

Le footeux ne vit pas forcément que des bons moments. François Modesto raconte les pires, les plus gênants, les humiliants, les honteux, les tristes. Worst of.

Le pire maillot ? Je pense que c'est le maillot treillis du Sporting Bastia (2014-15). Et pourtant à Bastia, on en a eu des très classes, à l'instar de cette année. Mais le treillis, je ne le trouve vraiment pas beau. C'était également l'avis général dans le vestiaire. Je pense qu'il ne s'adaptait à l'histoire du club, il n'avait rien à voir avec Bastia. En plus, le camouflage ne nous a pas porté chance, je crois qu'on ne l'a porté qu'à deux reprises…

La pire ambiance ? En Grèce, les gens aiment le football, mais les infrastructures ne sont pas au top. Quand on jouait dans certaines villes de province comme à l'APO Levadiakos, c'étaient des stades où il n'y avait que deux tribunes. L'hiver, surtout, peu de monde remplissait les gradins. En fait, ça ressemble plus à des stades de CFA que de Ligue 1.

La pire gueulante d'un coach ? Pfff, il y en a tellement. À l'époque à Monaco, Deschamps avait dit la vérité à chaque joueur, un par un lors d'une causerie. C'était un moment important et ça nous avait fait du bien. C'était en 2004-05 après une série de mauvais résultats.

La pire blague ? Des fois, les coéquipiers t'appellent et se font passer pour des journalistes avec la voix d'un ami. Ils te font marcher en fait : " On t'a pas trouvé bon lors du dernier match… " Ils essayent de te mettre les nerfs. Moi ? Je reconnais de suite. Tu comprends vite que c'est un jeu, vu que les journalistes n'ont pas l'habitude de poser ce genre de questions. En sélection corse, j'ai piégé (Anthony) Lippini : " Qu'est-ce que tu deviens ? Qu'est-ce que ça te fait de jouer avec Squillaci ? Est-ce que ça te donne beaucoup d'émotions de sortir de ton pays ?…" Il est un peu tombé dans le panneau. Ça a duré cinq minutes, après on s'est mis à rigoler.

La pire tristesse ? C'est quand je suis descendu en Serie B avec Cagliari (1999-00). C'est clair que ça m'avait énormément déçu. Toute la saison, c'était galère. De la première à la dernière journée, on a énormément souffert. Heureusement, il y a eu la remontée en Serie A à la fin (2003-04).

La pire demande ? Mon slip ! C'était à…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant