Gilles Carrez (UMP) : "L'État se paupérise, mais ses dépenses sociales flambent !"

le
0
Gilles Carrez dénonce les dépenses d'intervention de l'État : S'agissant du social, c'est la hausse partout.
Gilles Carrez dénonce les dépenses d'intervention de l'État : S'agissant du social, c'est la hausse partout.

Le Point.fr : Le projet de loi de finances actuellement débattu à l'Assemblée nationale vous paraît-il aller dans le bon sens ?Gilles Carrez : Soyons honnêtes, il y a un effort réalisé par rapport à la loi de finances 2013. Le budget de l'État va voir ses dépenses baisser de 1,5 milliard d'euros en valeur courante. La conjoncture a été favorable, car de grosses économies ont été réalisées sur les intérêts de la dette. Pour 2013, on avait prévu de dépenser 46,9 milliards, on terminera l'année à 45 milliards. Ça fait donc 1,9 milliard d'économisé. Pour l'an prochain, nous inscrivons la somme de 46,7 milliards d'euros, donc un chiffre inférieur à la prévision 2013. Ça, c'est exceptionnel. Mais, attention, les taux d'intérêt remontent... L'autre économie provient de la réforme des retraites du gouvernement Fillon. Engagée en 2010, cette réforme nous permet d'économiser 200 à 300 millions d'euros. Et cependant, il y a de quoi être très inquiet.D'où provient votre inquiétude ?Malheureusement, tous ces efforts sont ruinés par l'érosion des recettes selon l'adage bien connu : trop d'impôts tuent l'impôt. Sur tous les impôts, nous constatons de moindres rentrées. En 2013, il manque 2 milliards d'euros de recettes concernant l'impôt sur le revenu, 4 ou 5 milliards d'euros de retard sur la TVA, sans qu'on puisse l'expliquer. Enfin, l'impôt sur les sociétés accuse un manque à gagner de 4 milliards d'euros dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant