Gignac : El goleador

le
0
Gignac : El goleador
Gignac : El goleador

Auteur d'un doublé plein de classe, André-Pierre Gignac a largement contribué à la qualification des siens dans un match couperet, sur le terrain de Cruz Azul. Pour la première fois, le Français termine la saison régulière de LigaMX comme meilleur buteur.

D'une sacoche, André-Pierre Gignac a mis tout le monde d'accord. Un missile envoyé dans une position excentrée, depuis l'entrée de la surface, qui a terminé sa trajectoire dans la lucarne opposée. Les "golazo" et "no mames" ("incroyable") ont alors fusé dans la tribune de presse, pendant que les 25 000 fans de Cruz Azul s'éteignaient au coeur d'un après-midi brulant : plus de 30 degrés au soleil à plus de 2000 mètres altitude, et une pollution à l'indice si fort qu'il avait conduit les autorités de Mexico à prendre des mesures d'urgence les jours précédents. De quoi donner un rythme mid-tempo à cette rencontre où les deux équipes jouaient pourtant gros.

Un une-deux avec Sobis


Pour ce dernier match de la saison régulière, Tigres comme Cruz Azul voulaient arracher leur place pour la Liguilla, les play-offs qui concluent la LigaMX. Neuvième, le champion en titre se devait de l'emporter. Quant à Cruz Azul, l'un des quatre grands du football mexicain, huitième au coup d'envoi, il pouvait se contenter d'un nul, pour conserver la dernière place qualificative. Le Gignac des cementeros (les cimentiers : le club porte le nom de la marque de matériaux de construction, Cruz Azul) se nomme Víctor Vázquez, produit de la Masía et meilleur joueur de la Jupiler League 2015, avec le Club Bruges. Samedi, l'Espagnol ne s'est pas montré à son avantage, à l'inverse du Français.

Youtube
Avec ce golazo inscrit à la 23e minute, Gignac a permis aux siens de faire le break, et a ouvert grand le col des Tigres, qui respiraient enfin à leur aise, après une deuxième moitié de championnat calamiteuse. Plus tôt, l'ex de l'OM avait déjà largement contribué à l'ouverture du score. Après un superbe contrôle orienté pour se mettre dans le sens du but, Dédé avait déboulé dans la profondeur, demandé le une-deux au Brésilien Rafael Sobis, qui avait profité de l'appel du Français pour s'ouvrir l'espace, et placé depuis l'entrée de la surface une frappe à ras terre imparable. Les 2000 supporters des Tigres, dont certains s'étaient farcis près de 1000 kilomètres en car pour rallier la mégalopole mexicaine, pouvaient jubiler.

APG et Ali G

[BR…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant