Gigi l'entrepreneur

le
0
Gigi l'entrepreneur
Gigi l'entrepreneur

Buffon fête aujourd'hui ses 38 ans et vient d'annoncer qu'il terminera sa carrière après le Mondial 2018, pour ensuite faire quoi ? Justement, sa reconversion, il y a pensé depuis un moment en investissant dans deux projets.

Rarement la Nazionale aura eu un capitaine aussi emblématique, de par ses prestations et sa longévité, mais aussi par son amour envers sa patrie. Il suffit de le voir entonner l'Inno di Mameli à gorge déployée et les yeux fermés pour s'en rendre compte. Buffon aime viscéralement l'Italie, à tel point que cela est parfois interprété comme du nationalisme mal placé. Cet amour s'est traduit par des investissements personnels dans une tentative de sauver et relancer un fleuron de la petite industrie italienne et le club de sa ville natale. Des initiatives tout à son honneur, mais est-il aussi doué derrière un bureau que dans les buts ? Pas si sûr.

L'écharpe de la Carrarese


Carrare, ses carrières de marbre, son lard et son club, la Carrarese, jamais montée bien haut (deux années en Serie B juste après le second conflit mondial), mais pouvant compter sur un illustre supporter et enfant de la ville. Gigi n'a jamais porté les couleurs jaune et bleue, et pour y remédier, il décide d'investir dans un club relégué en Serie D après 32 années consécutives dans les divisions professionnelles. Nous sommes en 2010, et la Carrarese sort gagnante au jeu des repêchages. Buffon s'y prend en deux fois : d'abord 50% des parts, puis la totalité deux années plus tard, son ex-futur femme, Alena Seredova, occupant même le poste de président d'honneur. Pas de déclarations tapageuses ou d'objectifs irréalisables, juste l'intention de se maintenir dans le football pro, mais à l'instar de Marco Simone, le champion du monde 2006 ne peut y arriver tout seul.

Le jour où Marco Simone a inscrit son dernier but
Les années passent, le club bénéficie d'un second repêchage, et le portier de la Juve lance des signaux d'alarme comme celui-ci il y a deux ans : "Ici, tout le monde est supporter du club, mais au final, le seul qui investit à perte (environ 5 millions d'euros, ndlr), c'est moi." Quelques mois plus tard, il met en place le "tifosi Trust", afin que les supporters eux-mêmes puissent donner un coup de main financièrement. C'est un échec. En juin 2015, las, Gigi s'exprime sur sa page Facebook : "Je suis déçu et amer. Je me suis retrouvé…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant