Gigi l'amoureux, Gigi le monstrueux

le
0
Gigi l'amoureux, Gigi le monstrueux
Gigi l'amoureux, Gigi le monstrueux

Face au Chievo, samedi, il a été énorme. Face à Manchester City, ce mardi, il a encore été énorme. Si Pirlo est parti, le gardien du temple Buffon, lui, est toujours là. Et il n'a pas l'air d'avoir envie de vieillir.

L'horloge du stadio Tardini affiche la 18e minute de la seconde période. Moment choisi par Ronaldo pour s'emparer du ballon et filer seul au but en vitesse. Le Brésilien est fauché par Ze Maria dans la surface. Monsieur Rodomonti désigne le point de penalty. Le ralenti ne semble pas franchement lui donner raison, mais qu'importe. Ronaldo doit marquer. Le score est alors de 0-0, l'Inter deuxième de Serie A à quatre points d'une Juventus qui est en train de se casser les dents sur la pelouse de l'Udinese. Une victoire à Parme, cinquième au coup d'envoi, et l'Inter reviendrait à deux points du leader bianconero. Oui, sauf qu'entre les Nerazzurri et le rêve du Scudetto, il y a un homme. Un gardien qui a fêté ses 20 ans un mois plus tôt. Un grand espoir du foot italien qui répond au nom de Gianluigi Buffon. Ronaldo pose son ballon, et choisit le côté droit. Buffon se détend, et repousse la tentative du Fenomeno. Poing levé, il exulte face à la Curva parmesane en s'accrochant au grillage. Douze minutes plus tard, Hernán Crespo délivre le Tardini d'une frappe du gauche à bout portant sous la barre. 1-0, Parme s'impose, l'Inter est reléguée à cinq points de la Juve, et se fait même dépasser au classement par la Lazio. Ce jour-là, tous les regards sont pour le jeune Gigi Buffon, qui célèbre la victoire en arborant sur la pelouse un T-shirt de Superman. Prétentieux ? Non, juste un résumé anticipé de la suite de sa carrière.


Gardien de la nation


L'horloge de l'Etihad affiche la 18e minute de la seconde période, encore. Moment choisi par Manchester City pour enfoncer une Juventus qui a un genou à terre. Raheem Sterling se présente seul face à Gigi Buffon. Sa frappe du gauche semble destinée à finir au fond, mais Buffon se couche et repousse d'une main ferme. Le portier de 20 ans, jeune et en pleine force de l'âge, a le temps de se relever et de détourner en corner la frappe à bout portant de David Silva. 20 ans ? Ah non. Nous ne sommes plus en 1998, mais en 2015. 17 années se sont écoulées, Gigi a désormais 37 ans, mais le temps des horloges semble s'être arrêté pour lui. Un homme qui ne connaît pas le terme…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant