Gianni Infantino : « J'espère l'arbitrage vidéo en 2018 »

le
1
Gianni Infantino : « J'espère l'arbitrage vidéo en 2018 »
Gianni Infantino : « J'espère l'arbitrage vidéo en 2018 »

Présent à Paris pour le sommet exécutif de la Fifa organisé aujourd’hui et demain dans la capitale française, Gianni Infantino a reçu nos lecteurs dans un hôtel proche de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Très rapidement, le patron du foot mondial a mis son auditoire à l’aise d’un « J’ai 46 ans. Je suis un passionné de football. Appelez-moi Gianni. » Il s’est vite pris au jeu du dialogue. A l’origine, l’agenda de celui qui possède la double nationalité italo-suisse prévoyait quarantecinq minutes. Le temps d’une première période. Mais il s’est laissé aller à une longue prolongation puisque l’échange a duré plus d’une heure. Averti qu’il devait poser pour la traditionnelle photo, Infantino a déclenché une ultime rafale de sourires en lâchant, tout en caressant son crâne chauve : « Cela tombe bien, je sors de chez le coiffeur ! »

 

Ses projets

 

Nicolas Henon. Vous avez évoqué la possibilité d'une Coupe du monde à 48 équipes. Pourquoi ?

GIANNI INFANTINO. La Coupe du monde n'est pas qu'un événement sportif. C'est quelque chose d'énorme au niveau social. La tâche principale de la Fifa doit être le développement du football. Et il n'y a rien de plus fort qu'une qualification pour un Mondial, cela emballe un pays pendant six mois. Donc, si on augmente le nombre de participants, on arrive à développer le foot dans plus de pays. On me dit que la qualité va en souffrir. Je rappelle qu'en 2014, l'Angleterre et l'Italie ont été sortis par le Costa Rica !

 

Nicolas Henon. D'où vient ce chiffre de 48 ?

Les 16 meilleures sont déjà sûres de disputer les phases de groupes. Il en reste 32. Ces 32 disputent, entre elles, un match en début de Coupe du monde, au sein du pays organisateur. Et les 16 vainqueurs rejoignent les 16 déjà qualifiés. La différence, c'est que si ces matchs s'étaient disputés en novembre, les éliminés étaient en crise. Là, il y aura de l'euphorie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • GR207 il y a 4 mois

    Bien voyons! Pourquoi pas en 2050? ça fait 30 ans qu'on attend ça comme dans tous les autres sports et ce monsieur repousse de 2 ans...