Giampiero Boniperti, l'époux de la Vieille Dame

le
0

Joueur symbole du club, puis dirigeant et enfin président. On lui doit même la maxime du club : "Gagner n'est pas important, c'est la seule chose qui compte." Giampiero Boniperti a aujourd'hui 87 ans et a consacré toute sa vie à la Juventus.

Hors des frontières italiennes, Giampiero Boniperti est finalement peu connu malgré son statut de légende absolue de la Juventus. Où le mettre entre Sivori, Platini, Baggio ou Del Piero qui lui ont succédé ? "Il faut avoir au moins 65/70 ans pour l'avoir vu jouer, c'est peut-être pour ça" réplique Sergio Brio, ancien stoppeur des Bianconeri de 1978 à 1990. Effectivement, les débuts du natif de Barengo, dans la province de Novare, à 15 km d'Agrate Conturbia, village natal d'un certain Aldo Platini, datent de mars 1947. On lui affuble alors l'étrange surnom de "Marisa" à cause de ses bouclettes blondes. Pas le meilleur moyen d'être pris au sérieux, mais qu'importe, cela changera très vite.

Noces de cristal


Alessandro Del Piero en a marqué, des buts décisifs dans sa carrière, mais le plus important restera peut-être son triplé contre la Fiorentina en Coupe d'Italie un 10 janvier 2006. Pinturicchio décroche alors Giampiero Boniperti et devient seul meilleur buteur de l'histoire du club toutes compétitions confondues. Le record précédent aura donc duré 45 ans, soit depuis 1961 et la date de la retraite de son désormais ex-détenteur. Une retraite prise relativement jeune, à tout juste 33 ans "parce que je voulais couper net, j'ai retiré mes crampons et les ai donnés au magasinier, je n'en ai plus rechaussé depuis, je hais d'ailleurs les matchs entre vieilles gloires", déclarait-il dans son autobiographie. Aussi parce que les stoppeurs de l'époque lui avaient ruiné les chevilles.

Lors de la première partie de sa carrière cependant, il joue avant-centre. En effet, après 9 ans à ce poste, Boniperti descend d'un cran et devient un genre de regista pour servir ses néo-coéquipiers John Charles et Omar Sivori et former le "Trio Magico". Bilan : 5 Scudetti, 2 Coupes d'Italie et un titre de meilleur buteur de Serie A en 1947-48. De son premier amical avec la Juve où il marque l'intégralité des buts d'une rencontre conclue sur le score de 7-0 à un 9-1 contre l'Inter qui avait aligné ses gamins en guise de protestation. Parmi eux, Sandro Mazzola, fils de Valentino, mythe du Grande Torino disparu lors de la tragédie de Superga. L'ancienne gloire interista révéla : "Mes jambes tremblaient, Boniperti m'a pris sous son aile pour me rassurer et me parla de mon père J'ai un énorme respect pour…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant