Ghosn croit à la reconquête de l'industrie automobile en France

le
0

Invité dimanche du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro », le patron de l'alliance Renault-Nissan défend les vertus des accords de compétitivité signés avec les syndicats.

Pour Carlos Ghosn, il n'y a pas de fatalité au déclin de l'industrie automobile en France. Invité dimanche du «Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro», quelques jours après la publication des résultats de son groupe, le patron de l'alliance Renault-Nissan a assuré qu'il était possible de partir à la «reconquête des marchés européens à partir des usines françaises» mais que cela supposait un certain nombre de conditions.

Carlos Ghosn a estimé qu'atteindre l'objectif fixé dans le cadre de l'accord de compétitivité signé avec les syndicats en 2013, et qui prévoit 710.000 véhicules produits en France à l'horizon 2017 contre 500.000 actuellement, pourrait entraîner la création de 15 % d'effectifs supplémentaires dans la production, sans compter les emplois générés dans l'ingénierie. «Nous sommes en train...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant