Ghedin : "Notre buteur a plus marqué que Forlán avec l'Uruguay"

le
0
Ghedin : "Notre buteur a plus marqué que Forlán avec l'Uruguay"
Ghedin : "Notre buteur a plus marqué que Forlán avec l'Uruguay"

Les années passent et la sélection de Malte reste un des petits poucets d'Europe. À sa tête, Pietro Ghedin, en poste depuis trois ans et longtemps dans les cadres de la Fédération italienne. Sous sa houlette, les insulaires continuent de faire des progrès.

Un Italien à Malte, c'est plutôt ordinaire, non ? Oui, ce sont deux pays très proches, il y a toujours eu une certaine collaboration à tous les niveaux, donc, cela n'a effectivement rien de surprenant.
En revanche, un Italien contre la Squadra Azzurra, ça l'est moins Exactement, même si le destin a voulu que je rencontre mon pays pour la quatrième fois en quelques années, puisque les deux sélections étaient déjà dans la même poule lors des qualifications du Mondial 2014. Pour moi, il s'agit d'un retour dans ma vieille patrie, là où je suis né, j'ai grandi, vécu. C'est forcément une rencontre particulière d'un point de vue émotionnel.
D'ailleurs, vous en êtes à votre deuxième expérience à Malte après un premier passage entre 1993 et 1995, qu'est-ce qui a changé en 20 ans ? À l'époque, le niveau était vraiment amateur et il y a eu beaucoup d'améliorations avec l'instauration progressive du professionnalisme. Les joueurs sont beaucoup plus sérieux et ont progressé de façon exponentielle, tout comme la Fédération. Le "problème", c'est que les autres nations ont également progressé dans le même laps de temps. On doit sans cesse se comparer aux autres sélections pour évaluer notre situation.
Quel objectif vous êtes-vous fixé lors de ces qualifications de l'Euro 2016 ? De tout donner, sortir toujours la tête haute tout en sachant que l'on est un petit pays. Savoir affronter plus forts que soi comme cela est souvent le cas, et aussi rendre mérite à nos adversaires.
Si Malte continue à perdre beaucoup de rencontres, les scores sont beaucoup moins larges qu'auparavant. Tout à fait, lors des qualifs du Mondial 2014, on a pris 3 points, là on en a un, grâce à un nul en Bulgarie en espérant en obtenir d'autres lors des cinq derniers matchs. On doit être capable de bien occuper le terrain, avoir le contrôle de situations souvent négatives, mais aussi la force de résister à la pression adverse. C'est là-dessus qu'on doit continuellement travailler, cela demande énormément d'efforts d'un point de vue mental.
"Notre gardien Andrew Hogg joue en Grèce et…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant