Ghana-Algérie : clash des (tiers-)mondialistes !

le
0
Ghana-Algérie : clash des (tiers-)mondialistes !
Ghana-Algérie : clash des (tiers-)mondialistes !

Un sommet continental comme on les aime, avec deux équipes comme on les aime. Le Ghana mal parti joue gros ce soir. L'Algérie aussi. Et la CAN aussi

Ah ! Le Ghana et l'Algérie L'Afrique noire subsaharienne, chrétienne (à 73 %) et anglophone, d'un côté. L'Afrique maghrébine, musulmane et francophone de l'autre. Deux grandes nations du "Tiers-Monde" d'autrefois, marquées du prestige de l'Indépendance et initiatrices du Panafricanisme (le Ghana, d'abord). Les Blacks Stars et les Verts sont deux ténors du foot africain qui ont brillé de concert sur le continent et en Coupe du monde, pourvoyeurs de grands joueurs et dépositaires reconnus d'un jeu offensif, tactiquement mieux discipliné côté ghanéen et techniquement plus relevé côté algérien. Bref, une belle opposition de styles qu'on attendait depuis le tirage, suite au Mondial brésilien où ceux du Nord sont brillamment parvenus en 8e (battus par le futur vainqueur, l'Allemagne, 1-2 a.p) et où ceux du Sud ont gâché l'accession en 8e malgré un match merveilleux contre cette même Allemagne (2-2)
Réveil ghanéen ?
"Gâchis" ghanéen, à cause de ce sempiternel complexe de supériorité qui habite les Blacks Stars : géniaux face à la Mannschaft, mais après avoir foiré le match d'ouverture face à des USA pas supérieurs (1-2). Lundi après-midi, même présomption coupable face au Sénégal : la bande des frères Ayew n'a pas trop cherché à bonifier l'avantage de 1-0 acquis sur un péno d'André. Pire ! Les Ghanéens ont reculé (1-1), puis très logiquement cédé sur un but perforateur de Moussa Sow en toute fin de match (1-2 à la 93e). Et voilà le Ghana condamné à une victoire quasi obligatoire face à une Algérie victorieuse ensuite de l'Afrique du Sud (3-1). Mathématiquement, en cas de défaite à Mongomo, les hommes d'Avram Grant seraient éliminés si dans le même temps le Sénégal ne perdait pas contre les Bafana Bafana Et pourtant, les Ghanéens étaient prévenus de la force collective des Lions de la Téranga ! Mais, non : ils se sont un peu trop vite focalisés sur l'Algérie, supposément favori du groupe et de la compétition. À leur décharge, ils étaient privés de deux tauliers de la sélection : le capitaine Asamoah Gyan et John Boye, brusquement atteints de paludisme à leur arrivée en Guinée équatoriale. Gyan, leader emblématique, devrait pouvoir jouer ce soir, mais on peut spéculer sur son réel état de forme. Question : le Ghana peut-il "le faire" ? Oui, bien sûr. À condition, déjà, de disputer un match plein et intense, comme contre...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant