Gestion des risques d'inondations : «On passe d'un extrême à l'autre»

le
1
INTERVIEW - À l'origine d'une proposition de loi sur le risque de submersion marine et d'un rapport sur Xynthia, le sénateur Bruno Retailleau (DVD) critique le travail de l'État qui, dit-il, ne protège pas assez la population.

LE FIGARO. - Comprenez-vous l'attitude des maires de l'île de Ré?

Bruno RETAILLEAU. - Bien entendu et elle fait écho à celle des élus de Noirmoutier confrontés à une situation identique. À partir des plans de l'État, ils avaient découvert que 43% du parc des logements de l'île étaient placés en zone inconstructible. Les élus avaient alors soumis une contre-étude, et depuis un dialogue s'est noué avec la préfecture qui a reconnu des lacunes dans son projet initial. Les débats sont en cours et vont désormais dans le bon sens.

L'État a-t-il une juste appréciation des risques en matière de submersion marine?

Pendant des années, l'État a péché par laxisme, laissant un ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ref1929 le lundi 12 aout 2013 à 20:04

    "D'un extreme médiatique à l'autre" bientot un raz de marée a gérer aux elections...