Gestion des participations publiques : Bercy fixe les règles

le
0
Le gouvernement veut favoriser l'investissement, sans pour autant « bouleverser son portefeuille ».

Près de 10 ans après la création de l'Agence des participations de l'État à Bercy, l'exécutif entend ouvrir «une phase de modernisation de l'actionnariat public», comme l'ont souligné hier Pierre Moscovici (Économie) et Arnaud Montebourg (Redressement productif) en Conseil des ministres. Non pas que les participations de l'État dans les entreprises publiques n'aient obéi à aucune logique pendant dix ans ; mais ils veulent doter l'État d'une «doctrine de gestion active de ses participations», afin de «clarifier sa présence directe au capital d'entreprises» dans «un cadre budgétaire contraint». «Jusqu'à présent, l'État gérait ses participations de manière plutôt opportuniste, au cas par cas», relève-t-on à Bercy.

En clair, dans le contexte actuel de finances publiques dégradées, le gouvernement compte sur des règles de bonne gestion des participations publiq...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant