Gestes d'apaisement après les manifestations à Ferguson

le
1

par Nick Carey FERGUSON, Missouri, 15 août (Reuters) - Le gouverneur du Missouri a pris des mesures pour apaiser les esprits alors que manifestations se poursuivaient jeudi après la mort d'un jeune noir tué par la police, en plaçant à la tête de la sécurité de Ferguson un noir américain responsable de la police des autoroutes. Le capitaine Ron Johnson, qui a grandi à Ferguson, une banlieue de St Louis, a déclaré lors d'une conférence de presse que la police allait adopter "une approche différente". Il devait notamment se rendre jeudi soir à l'endroit où avait été tué samedi dernier un jeune noir de 18 ans, Michael Brown, par un policier alors qu'il ne portait pas d'armes. Les policiers ont été accusés d'utiliser la manière forte pour contenir les manifestants avec l'arrestation de dizaines de manifestants, l'utilisation de gaz lacrymogènes et de gaz poivre. Signe que les décisions ont peut-être apaisé les esprits, jeudi, les manifestants sont à nouveau descendus dans les rues, à Ferguson, mais aussi dans d'autres villes des Etats-Unis comme New York, mais, contrairement aux nuits précédentes, l'ambiance était plutôt paisible, voire festive ici et là. Les autres nuits avaient été marquées par des scènes de pillages, actes de vandalisme et violences diverses de la part des manifestants opposés à une police anti-émeute lourdement armée et flanquée de véhicules blindés. Cherchant lui aussi à faire baisser la tension, Barack Obama a appelé la police à respecter les manifestations pacifiques. "Il n'y a jamais d'excuse pour la violence contre la police ni pour ceux qui utiliseraient cette tragédie comme une couverture pour des actes de vandalisme ou de pillage", a déclaré le président. "Il n'y a également pas d'excuse pour la police quand elle fait un usage excessif de la force contre des manifestants pacifiques ou quand elle jette en prison des manifestants pour avoir exercé pacifiquement leurs droits liés au Premier amendement." Les émeutes ont relancé le débat sur les équipements de la police. Ferguson, comme de nombreuse autres municipalités américaines, a participé au programme 1.033 du Pentagone qui distribue les équipements excédentaires de l'armée à la police. Le programme a commencé au début des années 90 dans le cadre de la lutte contre le trafic de stupéfiants et s'est développé après les attentats du 11-Septembre 2001 à New York et Washington. Par exemple, selon un rapport de l'association Aclu (American civil liberties union) sur la militarisation de la police américaine, le comté de Maricopa, en Arizona, a amassé un stock comprenant 120 fusils d'assaut, cinq véhicules blindés et dix hélicoptères, tandis que la ville de Little Rock dans l'Arkansas était dotée de 34 fusils automatiques et semi-automatiques, de deux robots conçus pour l'Afghanistan et de casques d'infanterie. (Danielle Rouquié pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le vendredi 15 aout 2014 à 07:52

    Supposons que le gouvernement francais masscre des miliers de breton avec des bombes a sous munition ou au phosphore(interdit par les cvt de geneve, mais utilisees par les ukrainiens) parce qu'ils veulent parler breton? ca vous paraitrait normal?