Gérard Collomb : «Hollande doit tenir bon face aux frondeurs»

le
2
Gérard Collomb : «Hollande doit tenir bon face aux frondeurs»
Gérard Collomb : «Hollande doit tenir bon face aux frondeurs»

Alors que les députés socialistes qui critiquent la politique de François Hollande ne cessent de lui mettre la pression, le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb, organise la contre-offensive. Mardi prochain, juste avant les universités d'été du PS, il réunira dans sa ville les parlementaires anti-frondeurs qui plaident pour plus de réformes. Seront là également le secrétaire d'Etat chargé des Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, et des économistes comme Philippe Aghion.

Des frondeurs à Cécile Duflot, les critiques à gauche se font de plus en plus fortes vis-à-vis de la politique de François Hollande. Cela vous inquiète-t-il ?

Gérard Collomb. Mais comment peuvent-ils parler d'échec d'une politique qui vient d'être mise en place ? C'est d'ailleurs le tort de François Hollande, il a trop tardé. Car les effets du CICE et du pacte de responsabilité ne peuvent être immédiats. Le redressement des entreprises ne peut pas se faire du jour au lendemain. C'est dans deux ans que nous pourrons juger de l'impact sur le pays du pacte de responsabilité. C'est bien aussi que François Hollande annonce un certain nombre de corrections, notamment dans le domaine du logement.

Le gouvernement cible aujourd'hui la loi de Cécile Duflot sur le logement. Mais elle l'a quand même faite sous l'autorité de François Hollande...

Je ne crois pas que le président lui ait demandé de la faire ainsi. En tout cas, moi qui suis maire, j'ai tout de suite vu les effets pervers que pouvait avoir cette loi. La construction a reculé de 20 % en deux ans. Des erreurs ont été commises dans le passé, on est en train de les corriger, c'est bien, ce n'est pas le moment de flancher.

Qualifierez-vous les frondeurs socialistes d'« irresponsables » comme l'a fait le Premier ministre Manuel Valls ?

Ils se trompent totalement. Leur ligne directrice est vieille comme la France. Vivre à crédit pour relancer la consommation... Mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le samedi 23 aout 2014 à 16:01

    PAROLES PAROLES TOUJOURS DES PAROLES ILS FAUT DES ÉCONOMIES. Réduire de moitié le nombre des députés et plafonner leurs indemnités revenus,frais et avantages à 5 fois le SMIG. Supprimer le sénat.rétablir la semaine des 40h pour tous.la retraite à 65 ans pour tous.3 jours de délai de carence en arrêt maladie pour tous.Supprimer les promotions à l'ancienneté dans la fonction publique.Réduire de moitié le nombre d'élus dans les nouvelles régions

  • M8252219 le samedi 23 aout 2014 à 13:53

    le système social français est mort RETOUR À LA RESPONSABILITÉ PERSONNELLE DES CITOYENS. Cette responsabilité que les gouvernements depuis Mitterrand ont tenter de nous enlever par des "friandises" du genre (droits acquis)pas de cotisation chômage, promotion automatique à l'ancienneté, pas de jour de carence en arrêt maladie,une prime pour ceux qui n'en n'ont pas encore,pour la seule catégorie de salariés ceux du secteur publique