Gérald Passi : "Je faisais du Passi !"

le
0
Gérald Passi : "Je faisais du Passi !"
Gérald Passi : "Je faisais du Passi !"

Gaucher talentueux, Gérald Passi faisait partie des successeurs potentiels de Michel Platini. Si le frère de l'ancien entraîneur de l'OM n'a pas égalé Platoche, il a régalé par son style atypique les supporters français et... japonais.

Dans une interview donnée au Téfécé, vous déclariez : "On croit que je suis dilettante, mais je m'accroche comme les autres."
C'est l'histoire de ma carrière. Les gens ont toujours pensé que je jouais de manière tranquille, mais je vivais le foot à 100%. Certains ont une façon particulière de jouer et on a toujours l'impression qu'ils peuvent faire plus, j'en faisais partie. Quand vous réussissez, on dit que c'est génial et lorsque vous ne réussissez pas, vous êtes nonchalant et manquez de détermination.

Vous étiez meneur de jeu.
Meneur de jeu à l'ancienne, numéro 10. Pas une grosse culture défensive, même si je m'y suis mis lorsqu'il a fallu, notamment à Monaco. J'aimais donner le ballon, faire des passes, jouer long. À l'époque, ça se faisait beaucoup. Les passes longues dans des intervalles. Je n'étais pas vraiment un dribbleur, mais j'aimais bien ça quand même.


Est-ce que la vision du jeu se travaille ?
"J'étais Passi, pas Platini. Lui avait une perception tellement large du terrain, tellement précise et surtout un pied magnifique."
Il y a des choses innées. J'étais Passi, pas Platini. Lui avait une perception tellement large du terrain, tellement précise et surtout un pied magnifique. Mais en même temps, je pense que ça se travaille car il faut rester éveillé, concentré sur la situation, sur ce qui se passe sur le terrain. Ça faisait quand même partie de mes qualités d'être capable de savoir quasi à tout moment où j'étais situé et ce qu'il se passait autour de moi.

Numéro 10, c'était dans votre ADN ?
J'ai toujours joué milieu. Plus petit, je marquais quand même plus de buts. Je n'étais pas attaquant parce que je n'avais pas la vitesse. Je n'étais pas non plus explosif lorsqu'il fallait me retourner, mais j'avais une forme de dribble assez bizarre

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant