Gera, Born-Again Zoltán

le
0
Gera, Born-Again Zoltán
Gera, Born-Again Zoltán

Premier Hongrois de l'ère Premier League, Zoltán Gera n'est pas un joueur de stats, et encore moins une bête d'archives. Mais ses quelques buts improbables et ses skills brésiliens téléguidés par Jésus et le Tout-Puissant ont au moins le mérite d'en faire un miraculé des temps modernes.

21 mars 2009. Le Manchester United de Ronaldo, Tévez, Rooney et Berbatov se déplace à Craven Cottage. Le doute ronge les Red Devils, défaits une semaine avant par leur dauphin et rival Liverpool. Zoltán Gera observe du banc le bon match de ses coéquipiers. Manchester concède un penalty sur une folle manchette de Paul Scholes dans sa propre surface. À dix minutes du terme, Roy Hodgson fait appel au milieu hongrois. United pousse, mais s'expose en contre. Seulement six minutes après son entrée en jeu, Gera hérite du ballon dans la surface, se l'emmène et enchaîne un amour de bicyclette qui vient tromper Van der Sar. À 2-0, les Mancuniens sont K.O et Gera titulaire pour les deux années qui suivent. Olivier Dacourt se souvient de ce jour-là : " Il avait marqué un but fantastique contre la meilleure équipe d'Angleterre du moment, mais après ça, il est toujours resté le même. Gera, c'est un blagueur, un sacré bon vivant avec un anglais parfait. Je suis resté 3-4 mois à Fulham, mais j'ai eu le temps de manger avec lui et j'en garde de très bons souvenirs. "

Pas de quoi cependant en faire une carte postale : Zoltán Gera n'est ni une icône de poster, ni un sujet de discussion de comptoir. La coupe basique, les crampons jamais colorés, la plastique d'un pharmacien et le swag d'un agent SNCF, le milieu hongrois est pourtant un sacré joueur de ballon. " Ce n'était pas le plus rapide, mais techniquement, c'était un régal ", glisse Olivier Dacourt. Spécialiste de la frappe de loin, ou du geste technique improbable, Zoltan est une sorte de magicien insoupçonné. Un magicien sous tutelle d'un gourou, qui, le 12 mai 2010, vint superviser son ouaille dans les travées du HSH Nordbank Arena d'Hambourg lors de la finale de l'ancienne Coupe UEFA, contre l'Atlético Madrid. Titulaire, l'homme avait semble-t-il besoin d'un " soutien intellectuel, moral et spirituel " selon le pasteur Németh, taulier de Vidam Vasarnap, une émission religieuse diffusée tous les dimanches à 11h sur la chaîne ATV et qui fait passer le Jour du Seigneur pour une gentille réunion œcuménique de village vu l'ultra-dévotion des adeptes. Dont l'immensément bigot Zoltán.

Sauvé par le Tout-Puissant


Dans le privé, " Zoli " a une femme et deux gamins. Il chérit son épouse, gâte sa…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant