Géorgie : Lobzhanidze, patron du pack géorgien à 18 ans

le
0
Géorgie : Lobzhanidze, patron du pack géorgien à 18 ans
Géorgie : Lobzhanidze, patron du pack géorgien à 18 ans

A 18 ans, le demi de mêlée géorgien est devenu le plus jeune joueur de la Coupe du monde après sa titularisation face aux Tonga. Son apparition aux commandes du pack des Lelos est tout sauf un hasard.

Commander Mamuka Gorgodze et ses 118 kilos pour 1,95m, beaucoup s’y sont essayé mais peu ont réussi. Pourtant, c’est la mission qui est confié au tout jeune Vasil Lobzhanidze. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le demi de mêlée n’a pas été impressionné pour ses débuts en équipe première. « Il nous étonne, commente avec le sourire Mamuka Gorgodze sur Canal Plus. Le mec fait 50 kilos et il met des raffuts de pilier ou de troisième ligne ! » Pour rétablir la vérité, le natif de Tbilissi pèse 75 kilos pour 1,75m. Mais on est très loin des mensurations impressionnantes du paquet d’avants géorgien, réputé comme l’un des plus féroces de la planète rugby.

Le talent a primé sur l’âge

Son âge n’a pas eu d’influence sur sa place dans l’équipe. « On travaillait avec deux numéros neuf. Et c’était très moyen. Si Vasil Lobzhanidze était meilleur, il fallait le prendre », se justifie Didier Bès dans Jour de Coupe du monde, toujours sur Canal Plus. Pour son entrée en matière contre les Tonga (victoire 17-10), « Vaska » a été remarquable et a rendu une très belle copie. Derrière un pack qui a largement pris le dessus sur ses adversaires du jour, le demi de mêlée a su alterner jeu à la main et jeu au pied tout en se rendant très disponible sur les points de rencontre. Ce jour-là, les Caucasiens ont fait tomber les joueurs du Pacifique pour s’offrir l’une des victoires les plus prestigieuses dans l’histoire de la Géorgie.

Pour son deuxième match face à l’Argentine vendredi, le jeune joueur a été plus en difficulté, sortant même au début de la seconde période. Avec un pack bousculé et une équipe qui a pris la marée (défaite 54-9), Vasil Lobzhanidze n’était certes pas dans les meilleures conditions. Très vif et physiquement impressionnant pour son gabarit, le numéro 9 de Tbilissi est pétri de qualité. Il est probablement l’homme qui manquait pour diriger les avants caucasiens. Mais attention, la route est encore longue pour le jeune garçon, et il le sait. « Je dois tout travailler, reconnaît-il, lucide, dans un sujet qui lui est consacré sur la chaîne cryptée. Pas seulement la passe ou le jeu au pied. Je dois être aussi meilleur dans les prises de décision. »

Vers la France ou l'Angleterre ?

Encore amateur et évoluant dans le championnat géorgien au sein de l’Armazi Tbilissi, « Vaska » a conscience que pour grandir et s’étoffer il devra partir à l’étranger. L’Angleterre et la France sont considérées comme les deux meilleurs championnats pour l’international. Nul doute que cette Coupe du monde a permis de mettre le joueur, surclassé dans les sélections jeunes, sur le devant de la scène et d’attirer l’œil des spécialistes. L’entraîneur des avants géorgiens Dider Bès nuance. Le spécialiste considère que son joueur a le niveau du Championnat Espoirs en France pour le moment, mais pas encore celui du Top 14 ou de la Pro D2. A tout juste 18 ans, Vasil Lobzhanidze a tout le temps de grandir, et cette Coupe du monde est une sacrée occasion pour lui d’évoluer au plus haut niveau et d’acquérir de l’expérience. En attendant la suite.

Alexis Kunz

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant