Géorgie : la cohabitation s'annonce difficile

le
0
La défiance domine les relations entre le prochain premier ministre Ivanichvili et le président Saakachvili.

«La seule chose qu'il ait à faire maintenant, c'est de prendre son crayon et de démissionner.» Tel est le conseil que le futur premier ministre de Géorgie, l'oligarque Bidzina Ivanichvili - dont la coalition a récolté 55 % des suffrages lors de l'élection parlementaire de lundi - a donné au chef de l'État, le pro-occidental Mikhaïl Saakachvili, dont le mandat expire dans un an. C'est un mauvais signal, a estimé le soir même, sur la chaîne de télévision Roustavi 2, le secrétaire du Conseil national de sécurité Guiga Bokéria: «Comme s'il s'agissait d'une révolution, plutôt que d'une victoire à une élection démocratique.»

Ce mauvais départ laisse augurer d'une cohabitation difficile. Or, peu avant que M. Ivanichvili ne dispense son conseil, le président Saakachvili avait mis les formes pour reconnaître la défaite de son parti et «dans le cadre de la Constitution, contribuer au lancement du travail du Parlement afin qu'il élise son président et procède ü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant