Géorgie : l'Église orthodoxe a choisi son camp

le
0
Le clergé orthodoxe rêve de revanche sur Saakachvili, dont il déplore les orientations pro-occidentales.

À Tbilissi

Nombreuses étaient les soutanes noires dans la marée bleue du meeting de la coalition d'opposition, samedi à Tbilissi. «Lundi, nous avons à choisir entre le diable et le Bien», résume le père Gavalda, entre deux bénédictions de manifestants. Depuis l'indépendance de la Géorgie, en 1991, le clergé orthodoxe aura rarement été aussi présent dans les rassemblements politiques. Compte tenu de l'immense respect dont jouit l'Église, voilà qui pèsera sur le scrutin.

«L'Église veut sa revanche sur Saakachvili. Elle hait ses orientations pro-occidentales, les droits de l'homme, la démocratie, l'individualisme, l'Otan. Cette église, bien que nationale, veut un retour dans le giron russo-orthodoxe», résume Basile Kobakhidzé, théologien.

Dès l'entrée en politique de Bidzina Ivanichvili, les prêtres ont été à ses côtés. Le milliardaire a joué sur la corde ethno-religieuse pour séduire les plus de 80 % d'orthodoxes que compte un pays où se confonden

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant