Georges Bereta : les histoires d'amour finissent mal en général

le
0
Georges Bereta : les histoires d'amour finissent mal en général
Georges Bereta : les histoires d'amour finissent mal en général

Fin 1974, Georges Bereta quittait l'AS Saint-Étienne pour l'Olympique de Marseille à contre-cœur. Au centre de l'affaire, l'argent, et le début du football-business.

Les joueurs de Saint-Étienne ont tous le sourire aux lèvres et peuvent entamer leur tour d'honneur à Geoffroy-Guichard. On est le 3 mai 1975, et les Verts viennent de s'imposer 4-1 face aux rivaux de l'Olympique de Marseille. Ils comptent désormais quatre points d'avance à deux journées de la fin du championnat et sont quasiment assurés de décrocher un huitième titre de champion de France. Pendant ce temps-là, un homme est beaucoup moins heureux. Georges Bereta, au bord des larmes, court se réfugier dans le vestiaire. Il a beaucoup trop souffert ce soir. L'ancien Stéphanois ne devait même pas disputer ce match, le premier dans le Chaudron depuis son départ vers l'OM. Il était suspendu. Mais, compétiteur dans l'âme, il a fait appel pour repousser la suspension et a obtenu gain de cause. Résultat, en plus de la défaite, il a été conspué et insulté par le public à chaque fois qu'il a touché le ballon. L'ancien idole du Chaudron n'est plus qu'un traître depuis que, quelques mois plus tôt, il a quitté l'ASSE en pleine saison pour aller se remplir les poches à Marseille. L'histoire est pourtant plus complexe.

La voiture de Bereta détériorée après le derby

Un enfant du pays


Fils d'un émigré polonais venu en France pour être mineur, Georges Bereta est né à Montreynaud, un quartier de Saint-Étienne situé à 500 mètres du stade Geoffroy-Guichard. À partir de ses 14 ans, il travaille dans le Forez en tant qu'armurier. Pendant ce temps-là, il n'oublie pas sa première passion : le foot et les Verts. Il gravit tous les échelons de l'école de foot stéphanoise, jusqu'à atteindre la finale de Coupe Gambardella avec les Verts. Lors de son service militaire, il se lie d'amitié avec Hervé Revelli. Une rencontre essentielle, puisque ce dernier le recommandera auprès du club pour le faire passer pro. Ainsi, à 20 ans, voilà Bereta lancé en équipe première, malgré son mètre 66, par Jean Snella. Un an plus tard, il est sélectionné en équipe de France et devient le joueur phare de l'ASSE sous la coupe d'Albert Batteux. Quand Robert Herbin récupère le poste d'entraîneur en 1972, il en fait même son capitaine. Bref, avec plus de 300 matchs au compteur, cinq championnats et trois Coupes de France, le…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant