George Weah : «Un rôle au PSG, pourquoi pas ?»

le
0
George Weah : «Un rôle au PSG, pourquoi pas ?»
George Weah : «Un rôle au PSG, pourquoi pas ?»

A 47 ans, George Weah impliqué dans la politique au Liberia, reste un observateur avisé du football. De passage à Paris pour présenter sa marque d'équipements sportifs, il livre son avis sur Monaco et le PSG, deux de ses anciens clubs, et s'imaginerait bien jouer un rôle dans le projet qatarien dans la capitale.

Le 9 février, vous assisterez à Monaco - PSG. Lequel de ces clubs a le plus marqué votre carrière ?

George Weah. Monaco car c'est mon premier club en France. Arsène (Wenger) et Henri (Biancheri) sont venus me voir jouer au Cameroun, et ensuite c'est à Monaco que j'ai été formé. Paris, je n'y suis pas resté longtemps (NDLR : trois saisons de 1992 à 1995), mais j'y ai de grands souvenirs. J'ai été meilleur buteur de Ligue des champions avec le PSG et j'ai gagné un titre de champion de France en 1994. Mais le meilleur club pour moi, c'est la maison, la famille, Monaco. Car, sans Monaco, je n'aurais pas pu être là.

Quelle rôle a joué Arsène Wenger ?

Il a été comme un père, pas seulement un entraîneur. Lui aussi voulait réussir et montrer au monde entier qu'il pouvait sortir des grands joueurs. Il était avec moi, et on a travaillé ensemble tous les jours, même les jours de repos. Car il a décelé en moi quelque chose que les autres n'avaient pas vu.

Pour le sommet de la Ligue 1, votre c?ur penchera donc pour Monaco ?

Je serai surtout à Monaco pour voir du beau jeu et des amis. On m'a invité pour donner le coup d'envoi, et c'est une grande fierté. J'ai été triste quand Monaco est descendu en Ligue 2. Aujourd'hui, je suis content de ce qui s'y passe, comme je suis heureux de voir le projet de Paris. Depuis que Nasser al-Khelaifi et les Qatariens ont repris le club, le PSG n'est pas seulement une grande équipe en France, mais dans le monde entier.

Quelle relation entretenez-vous avec le président al-Khelaifi ?

On s'est vus plusieurs fois au Qatar quand je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant