Géolocalisation, home staging... L'immobilier se met au digital

le
0

FOCUS - Le web et ses outils transforment le marché de l’immobilier et les services proposés. Les acteurs du secteurs s’adaptent afin de ne pas se faire talonner par les nouveaux entrants 100% en ligne.

Géolocalisation, visite détaillée en 3D, ciblage de la recherche de logement, home staging... le web bouleverse le secteur de la distribution immobilière, amenant promoteurs, agents immobiliers et sites d’annonces à offrir des services innovants. Selon les experts du cabinet Xerfi-Precepta, «la distribution immobilière est à l’aube de grands bouleversements numériques». Si pour l’heure, «l’intervention d’un tiers lors d’une transaction apparaît encore indispensable», les acteurs du secteur «doivent rester sur le qui-vive, sous peine de se retrouver talonnés par les nouveaux entrants 100% en ligne ou par les modèles disruptifs qui émergent à l’étranger», disent-ils dans une récente étude.

Du côté des services, nombre de start-up innovent dans la mise en relation. Des sociétés telles qu’Ikimo9, Locatme ou Somhome proposent de faciliter le parcours immobilier des clients par un meilleur ciblage des recherches (simultateur, comparateur, «matching»), ou en simplifiant les démarches, comme le fait la plateforme BePrem’s qui diffuse les dossiers des candidats locataires aux agents immobiliers. Grâce aux progrès de la numérisation qui permet de visualiser un futur appartement en 3D, la visite virtuelle s’impose peu à peu, comme en atteste le succès d’Habiteo.

Née en 2014, la société a développé une technologie permettant d’industrialiser la production de représentation 3D, à des coûts et dans des délais très compétitifs.Près de 150 promoteurs (Bouygues Immobilier, Kaufman et Broad, Sogeprom, Sagec, Icade...) ont recours à Habiteo pour commercialiser leurs programmes neufs, et Habiteo se lance aujourd’hui en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Russie. De l’open data à la géolocalisation, en passant par le home staging (un «relookage» des lieux, ndlr) et la visite virtuels, «les nouveaux entrants dynamisent le secteur en imposant des usages innovants», constate Xerfi-Precepta.

Impossible de «snober» les tendances web

«Pour conforter leurs positions, les opérateurs historiques ne pourront pas faire l’impasse sur une véritable stratégie numérique, en particulier dans les domaines de la mobilité et de la data», juge Xerfi-Precepta. Et ce, en particulier dans un secteur de l’immobilier neuf qui «fait encore peur», constate Thomas Penet, directeur général adjoint marketing publicité de Altarea Cogedim. «Parce que lorsqu’on achète sur plans, il y a deux ans d’attente et personne ne comprend rien au plan papier...». Pour «rassurer» le client, le groupe a ouvert en juin dans le centre commercial parisien Bercy Village un lieu «avant-gardiste», le Store Cogedim, qui mêle visite réelle et virtuelle.

On peut s’y promener dans deux appartements de 2 et 3 pièces, reproduits à taille réelle et entièrement décorés... mais aussi mettre un casque de réalité virtuelle pour explorer un logement fictif. «Les trentenaires adorent. D’autres sont totalement réfractaires, ils ont la nausée. Mais cela ne remplacera jamais le fait de pouvoir toucher les matériaux», estime M. Penet. Aujourd’hui en test, cette visite 3D devrait être étendue à l’intégralité des programmes résidentiels d’Altarea Cogedim «courant 2017», et devenir déclinable en fonction des équipements et des finitions (carrelages, planchers, papiers peints, cuisines, etc) proposés.

Pour ne pas se laisser distancer, Bouygues Immobilier mise sur la prise de participation via son fonds Bird, dans des start-up innovantes telles que Mycloud3D, spécialiste de la visite virtuelle. Et «de plus en plus d’opérateurs dédient des espaces aux avis clients, en suivant l’exemple du précurseur Meilleursagents», observe Xerfi-Precepta. Quant au réseau Orpi, il va proposer des «packs» (home staging, estimation, gestion des visites), permettant de choisir parmi des prestations sans pour autant s’engager dans un mandat.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant