Gento ou le patrimoine merengue

le
0
Gento ou le patrimoine merengue
Gento ou le patrimoine merengue

Désormais officiellement président d'honneur du Real Madrid, Paco Gento prend la succession d'Alfredo Di Stéfano, son ami et ancien partenaire. Un titre honorifique qui rappelle que la Galerna del Cantabrico reste, encore aujourd'hui, le joueur le plus titré de l'histoire et la définition incarnée de la Maison-Blanche.

Lorsque Florentino Pérez, attablé à la table présidentielle, décide d'en venir au vote, aucun socio présent dans le gymnase de la Ciudad Real Madrid ne moufte. À l'unanimité, ils votent pour l'accession au trône de Fransisco Gento en tant que président d'honneur du club. Sans le moindre débat, sans aucune anicroche, la foule merengue porte en héros le successeur d'Alfredo Di Stéfano, nouveau symbole de la puissante histoire du Real Madrid. "Je ne suis que gratitude, tout comme le sont mes enfants et mes petits-enfants, invoque-t-il simplement à Marca. Je crois que le Madridismo m'aime car je n'ai jamais été vaniteux. J'aurais pu l'être, mais je ne suis pas comme ça, je suis quelqu'un du peuple qui aime y rester. Désormais, avec ce titre, on dirait que je rejoue. Tout le monde me salue et m'appelle président." Plus encore que la fierté de sa progéniture, Paco Gento fait celle de tout un club, de tout un peuple. Dans une Casa Blanca qu'il habite depuis 1953 et son arrivée en provenance de son Santander natal, son nom fait figure de définition même des valeurs et de l'essence du club le plus titré de l'histoire.

Le Real Madrid, l'AC Milan et Paco Gento


Avares de dictons, les Castillans résument en une maxime la prépondérance de la Galerna del Cantabrico dans l'histoire plus que centenaire du Real Madrid : "Le palmarès de la Coupe d'Europe est mené par le Real Madrid avec dix titres, l'AC Milan avec sept, et Gento avec six. " Car de l'aveu même de son armoire à trophées, l'agile et technique ailier gauche compte plus de Coupes d'Europe que n'importe quel club, hormis son Real et les Rossoneri, donc. Idem, avec ses pas moins de douze breloques dorées en Liga, il devance tous les clubs d'Espagne qui ne renvoient pas à la couleur blanc immaculé ou à la liquette blaugrana. Avec pas moins de dix-huit saisons passées à défendre le maillot madridista, son parcours raconte la métamorphose d'un grand d'Espagne en la plus grande entité sportive au monde. Une mue qui porte également l'empreinte d'Alfredo Di Stéfano, Ferenc Puskás et Santiago Bernabéu, mais qui trouve en Paco Gento son plus grand ambassadeur. Porque ? Parce qu'en plus d'être un Espagnol de naissance – à la différence de Don Alfredo –, il ne fait aucune…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant