Gens du voyage : Gilles Bourdouleix n'en était pas à son coup d'essai

le
3
Gens du voyage : Gilles Bourdouleix n'en était pas à son coup d'essai
Gens du voyage : Gilles Bourdouleix n'en était pas à son coup d'essai

Le député-maire (UDI) de Cholet (Maine-et-Loire) s'est attiré les foudres de toute la classe politique ce mardi, deux jours après ses propos controversés sur des gens du voyage venus s'installer sur sa commune. Pourtant, Gilles Bourdouleix n'en était pas à son coup d'essai. En octobre, le centriste avait notamment porté plainte pour «tentative de meurtre» contre... Manuel Valls. Depuis 2006, l'élu a multiplié les coups d'éclat.

En début d'après-midi ce mardi, Gilles Bourdouleix a assuré que, s'il était exclu, son parti, le CNIP, allait quitter l'UDI «avec armes et bagages». En mai 2006, il avait déjà menacé de démissionner pour faire évacuer l'installation d'une mission évangélique sur un terrain de sports de la ville. A l'époque, il avait alors lancé une pétition à destination des maires de France, réclamant que ces élus aient autorité pour obliger la police à intervenir en cas d'occupation illégale.

En novembre 2010, la Ligue des Droits de l'homme dépose plainte contre lui pour des propos sur les gens du voyage : «On a la trouille de ces gens-là, ils ont tous les droits ! Je suis prêt à prendre un camion plein de m... pour le déverser au milieu de leurs caravanes !» L'affaire est classée sans suite en mars 2011.

Puis, en octobre dernier, il porte plainte pour «tentative de meurtre» contre X et contre le ministre de l'Intérieur après un différend l'ayant encore opposé à des gens du voyage venus s'installer sur sa commune. La Ligue des Droits de l'homme porte elle aussi plainte contre le maire de Cholet notamment pour «provocation à la haine ou à la violence et à la discrimination raciale à l'encontre des gens du voyage».

Un mois plus tard, le maire menace de nouveau de démissionner à la suite de l'installation d'une vingtaine de caravanes dans une zone d'activités commerciales. Pour lui, c'est une «nouvelle invasion». Les voyageurs quittent les lieux le lendemain.

En mai, il fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le mardi 23 juil 2013 à 16:58

    BRAVO MONSIEUR! 1,10,100 Bourdouleix, c'est ça la solution!

  • cavalair le mardi 23 juil 2013 à 16:39

    On ne peut plus rien dire dans cette republique de droits de l'hommiste. Ca devient du fachi.sme de gauche a abattre

  • M2280901 le mardi 23 juil 2013 à 16:30

    au moins un qui se bat pour sa commune