Génocide arménien : les députés dans l'embarras

le
3
Les députés examineront, jeudi, la proposition de loi de la député UMP, Valérie Boyer.

Il n'y aura ni scrutin public ni procédure accélérée. Les députés examineront bien, jeudi, la proposition de loi de Valérie Boyer, députée UMP des Bouches-du-Rhône, visant à réprimer pénalement la contestation du génocide arménien. Mais l'embarras est palpable à l'Assemblée nationale. Officiellement, ce texte, soutenu par tous les groupes politiques, de droite comme de gauche, en dépit de quelques voix discordantes, vise à «réprimer la contestation de l'existence de génocides reconnus par la loi». C'est l'argument brandi par le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, et par le patron des députés UMP, Christian Jacob, qui ont chacun reçu en fin de journée une délégation de parlementaires turcs. «Il s'agit d'un texte qui ne vise pas la question arménienne mais les propos racistes et négationnistes», a souligné dans la matinée Bernard Accoyer.

«Représailles économiques»

De son côté, Christian Jacob a insisté sur le fait qu'il s'agissa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le mercredi 21 déc 2011 à 12:02

    JPi - Les députés feraient bien de se concentrer sur le premier plan de rigueur français à mettre en place plutôt que nous bourrer le mou avec des inepties.

  • M5061253 le mercredi 21 déc 2011 à 12:01

    Il n'y a que dans les pays totalitaires que le pouvoir politique écrit l'histoire.Je suis persuadé qu'l y a eu un génocide du peuple arménien par les Turcs, mais on n'a pas le droit de limiter la liberté de pensée et d'expression.Imaginez cette arme dans les mains des partis extrèmes,les Verts,le Front National le Front de Gauche,le NPA,et Lutte Ouvrière.

  • M4189758 le mercredi 21 déc 2011 à 11:14

    JPi - Ce n'est pas à des députés d'écrire l'Histoire. Si nous le faisons pour un pays il faudra le faire pour tous les pays, France comprise. Il ne faut pas croire que les guerres de Napoléon sont vues autrement, ailleurs.